bibliotheq.net - littérature française
 

Jean Racine - Athalie

Vous, le côté de l'Ourse, et vous, de l'occident ;
Vous, le midi. Qu'aucun, par un zèle imprudent,

Découvrant mes desseins, soit prêtre, soit lévite

Ne sorte avant le temps et ne se précipite ;

Et que chacun enfin, d'un même esprit poussé,

Garde en mourant le poste où je l'aurai placé.

L'ennemi nous regarde, en son aveugle rage,

Comme de vils troupeaux réservés au carnage,

Et croit ne rencontrer que désordre et qu'effroi.

Qu'Azarias partout accompagne le roi.

(A Joas.)

Venez, cher rejeton d'une vaillante race,

Remplir vos défenseurs d'une nouvelle audace ;

Venez du diadème à leurs yeux se couvrir,

Et périssez du moins en roi, s'il faut périr.

(A un lévite.)

Suivez-le, Josabet. Vous, donnez-moi ces armes.

Enfants, offrez à Dieu vos innocentes larmes.

Scène VI. - SALOMITH, le choeur.


(Tout le choeur chante.)

Partez, enfants d'Aaron, partez.

Jamais plus illustre querelle

De vos aïeux n'arma le zèle.

Partez, enfants d'Aaron, partez.

C'est votre roi, c'est Dieu pour qui vous combattez.

(Une voix, seule.)
Où sont les traits que tu lances,

Grand Dieu, dans ton juste courroux ?

N'es-tu plus le Dieu jaloux ?

N'es-tu plus le Dieu des vengeances ?

(Une autre.)
Où sont, Dieu de Jacob, tes antiques bontés ?

Dans l'horreur qui nous environne,

N'entends-tu que la voix de nos iniquités ?

N'es-tu plus le Dieu qui pardonne ?

(Tout le choeur.)
Où sont, Dieu de Jacob, tes antiques bontés ?

(Une voix, seule.)
C'est à toi que dans cette guerre

Les flèches des méchants prétendent s'adresser.

«Faisons, disent-ils, cesser

Les fêtes de Dieu sur la terre.

< page précédente | 48 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.