bibliotheq.net - littérature française
 

Jean Racine - Athalie

Est-ce un trésor pour vous si précieux, si rare ?
Est-ce un libérateur que le ciel vous prépare ?

Songez-y : vos refus pourraient me confirmer

Un bruit sourd que déjà l'on commence à semer.

JOSABET
Quel bruit ?

MATHAN
Que cet enfant vient d'illustre origine ;
Qu'à quelque grand projet votre époux le destine.

JOSABET
Et Mathan, par ce bruit qui flatte sa fureur...

MATHAN
Princesse, c'est à vous à me tirer d'erreur.
Je sais que, du mensonge implacable ennemie,

Josabet livrerait même sa propre vie,

S'il fallait que sa vie à sa sincérité

Coûtât le moindre mot contre la vérité.

Du sort de cet enfant on n'a donc nulle trace ?

Une profonde nuit enveloppe sa race ?

Et vous-même ignorez de quels parents issu,

De quelles mains Joad en ses bras l'a reçu ?

Parlez ; je vous écoute et suis prêt de vous croire.

Au Dieu que vous servez, princesse, rendez gloire.

JOSABET
Méchant, c'est bien à vous d'oser ainsi nommer
Un Dieu que votre bouche enseigne à blasphémer.

Sa vérité par vous peut-elle être attestée,

Vous, malheureux, assis dans la chaire empestée

Où le mensonge règne et répand son poison ;

Vous, nourri dans la fourbe et dans la trahison ?

Scène V. - JOAD, JOSABET, MATHAN, NABAL.


JOAD

Où suis-je ? De Baal ne vois-je pas le prêtre ?
Quoi ! fille de David, vous parlez à ce traître ?

Vous souffrez qu'il vous parle ? Et vous ne craignez pas

Que, du fond de l'abîme entr'ouvert sous ses pas,

Il ne sorte à l'instant des feux qui vous embrasent,

Ou qu'en tombant sur lui, ces murs ne vous écrasent ?

Que veut-il ? De quel front cet ennemi de Dieu

Vient-il infecter l'air qu'on respire en ce lieu ?

< page précédente | 33 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.