bibliotheq.net - littérature française
 

Jean Racine - Athalie

(Quel spectacle d'horreur !) quatre-vingts fils de rois :
Et pourquoi ? Pour venger je ne sais quels prophètes,

Dont elle avait puni les fureurs indiscrètes :

Et moi, reine sans coeur, fille sans amitié,

Esclave d'une lâche et frivole pitié,

Je n'aurais pas du moins à cette aveugle rage

Rendu meurtre pour meurtre, outrage pour outrage,

Et de votre David traité tous les neveux

Comme on traitait d'Achab les restes malheureux ?

Où serais-je aujourd'hui, si, domptant ma faiblesse,

Je n'eusse d'une mère étouffé la tendresse ;

Si de mon propre sang ma main versant des flots

N'eût par ce coup hardi réprimé vos complots ?

Enfin de votre Dieu l'implacable vengeance

Entre nos deux maisons rompit toute alliance.

David m'est en horreur, et les fils de ce roi,

Quoique nés de mon sang, sont étrangers pour moi.

JOSABET
Tout vous a réussi ? Que Dieu voie et nous juge.

ATHALIE
Ce Dieu, depuis longtemps votre unique refuge,
Que deviendra l'effet de ses prédictions ?

Qu'il vous donne ce roi promis aux nations,

Cet enfant de David, votre espoir, votre attente...

Mais nous nous reverrons. Adieu. Je sors contente :

J'ai voulu voir, j'ai vu.

ABNER, à Josabet

Je vous l'avais promis :
Je vous rends le dépôt que vous m'avez commis.

Scène VIII. - JOAD, JOSABET, JOAS, ZACHARIE, ABNER, SALOMITH, lévites, le choeur.


JOSABET

, à Joad.

Avez-vous entendu cette superbe reine,
Seigneur ?

JOAD
J'entendais tout, et plaignais votre peine.
Ces lévites et moi, prêts à vous secourir,

Nous étions avec vous résolus de périr.

(A Joas, en l'embrassant.)

Que Dieu veille sur vous, enfant dont le courage

Vient de rendre à son nom le noble témoignage.

Je reconnais, Abner, ce service important.

< page précédente | 25 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.