bibliotheq.net - littérature française
 

Jean Racine - Andromaque

Que vous ne me cherchiez que pour m'y préparer.

ORESTE

Et votre âme à ses voeux ne sera pas rebelle ?

HERMIONE

Qui l'eût cru, que Pyrrhus ne fût point infidèle ?
Que sa flamme attendrait si tard pour éclater ?

Qu'il reviendrait à moi quand je l'allais quitter ?

Je veux croire avec vous qu'il redoute la Grèce,

Qu'il suit son intérêt plutôt que sa tendresse,

Que mes yeux sur votre âme étaient plus absolus.

ORESTE

Non, Madame ; il vous aime, et je n'en doute plus.
Vos yeux ne font-ils pas tout ce qu'ils veulent faire ?

Et vous ne vouliez pas sans doute lui déplaire.

HERMIONE

Mais que puis-je, Seigneur ? On a promis ma foi.
Lui ravirai-je un bien qu'il ne tient pas de moi ?

L'amour ne règle pas le sort d'une princesse

La gloire d'obéir est tout ce qu'on nous laisse.

Cependant je partais, et vous avez pu voir

Combien je relâchais pour vous de mon devoir.

ORESTE

Ah ! Que vous saviez bien, cruelle... Mais, Madame,
Chacun peut à son choix disposer de son âme.

La vôtre était à vous. J'espérais ; mais enfin

Vous l'avez pu donner sans me faire un larcin.

Je vous accuse aussi bien moins que la fortune.

Et pourquoi vous lasser d'une plainte importune ?

Tel est votre devoir, je l'avoue ; et le mien

Est de vous épargner un si triste entretien.

SCENE III - HERMIONE, CLÉONE.


HERMIONE

Attendais-tu, Cléone, un courroux si modeste ?

CLÉONE

La douleur qui se tait n'en est que plus funeste.
Je le plains : d'autant plus qu'auteur de son ennui,

Le coup qui l'a perdu n'est parti que de lui.

Comptez depuis quel temps votre hymen se prépare.

Il a parlé, Madame, et Pyrrhus se déclare.

< page précédente | 26 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.