bibliotheq.net - littérature française
 

Jean Racine - Andromaque

ORESTE

Madame, faites plus, et venez-y vous-même.
Voulez-vous demeurer pour otage en ces lieux ?

Venez dans tous les coeurs faire parler vos yeux.

Faisons de notre haine une commune attaque.

HERMIONE

Mais, Seigneur, cependant, s'il épouse Andromaque ?

ORESTE

Hé ! Madame.

HERMIONE

Songez quelle honte pour nous
Si d'une Phrygienne il devenait l'époux !

ORESTE

Et vous le haïssez ? Avouez-le, Madame,
L'amour n'est pas un feu qu'on renferme en une âme :

Tout nous trahit, la voix, le silence, les yeux ;

Et les feux mal couverts n'en éclatent que mieux.

HERMIONE

Seigneur, je le vois bien, votre âme prévenue
Répand sur mes discours le venin qui la tue,

Toujours dans mes raisons cherche quelque détour,

Et croit qu'en moi la haine est un effort d'amour.

Il faut donc m'expliquer :

vous agirez ensuite.

Vous savez qu'en ces lieux mon devoir m'a conduite ;

Mon devoir m'y retient, et je n'en puis partir

Que mon père ou Pyrrhus ne m'en fasse sortir.

De la part de mon père allez lui faire entendre

Que l'ennemi des Grecs ne peut être son gendre :

Du Troyen ou de moi faites-le décider ;

Qu'il songe qui des deux il veut rendre ou garder ;

Enfin qu'il me renvoie, ou bien qu'il vous le livre.

Adieu. S'il y consent, je suis prête à vous suivre.

SCENE III - ORESTE, seul.


ORESTE

Oui, oui, vous me suivrez, n'en doutez nullement :
Je vous réponds déjà de son consentement.

Je ne crains pas enfin que Pyrrhus la retienne :

Il n'a devant les yeux que sa chère Troyenne

< page précédente | 18 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.