bibliotheq.net - littérature française
 

Henri Béland - Mille et un jours en prison à Berlin

nous l'ignorions alors tout en l'espérant, - devait être le signal de la contre-offensive qui devait conduire
les Alliés de succès en succès jusqu'à la culbute définitive de l'Allemagne.

En prenant congé de Sa Majesté je lui demandai la permission de lui exprimer, de la part de ses sujets
canadiens-français en particulier, des voeux et des souhaits à l'occasion de son 25ième anniversaire de

mariage célébré la veille à la Cathédrale Saint-Paul.

C'est vers ce temps-là qu'il me fut donné de revoir, après quatre années de séparation, mon beau-fils,
officier dans l'armée belge, qui avait obtenu, en Flandre, un congé pour venir me rencontrer en

Angleterre.

J'avais moi-même, en passant de Hollande en Angleterre, été accompagné par le second fils de ma
femme qui avait, au risque de sa vie, franchi la barrière électrique qui séparait la Belgique de la Hollande

dans le but d'aller prendre du service dans l'armée belge. Ces deux frères, séparés depuis quatre ans, se

rencontrèrent dans une salle d'hôtel à Londres, et quelques jours plus tard, l'aîné repartait pour le front de

bataille, emmenant avec lui son jeune frère.

Enfin, quelques jours avant de prendre passage à bord du transatlantique pour rentrer dans mes foyers, je
recevais du Général Turner l'invitation de visiter les camps de Frencham Pond et de Bramshot.

A Frencham Pond nous pouvions voir les troupes récemment débarquées du Canada. Elles subissaient, à
cet endroit, le premier degré d'entraînement et de formation militaire. Elles étaient ensuite transférées à

Bramshot où leur instruction militaire est parachevée.

A ces deux endroits, il me fut donné d'adresser la parole aux troupes canadiennes et aussi d'admirer leur
belle tenue qui a soulevé, en Angleterre et en France, l'admiration universelle.

Ce jour que j'ai passé au milieu de nos officiers canadiens et de nos soldats, restera comme l'un des plus
beaux de mon existence.

Je n'oublierai jamais l'impression causée par la marche du l0ième régiment de réserves
(canadiennes-françaises) devant le colonel Desrosiers. On ne pouvait être témoin de ce défilé sans sentir

courir dans tout son être un frisson d'enthousiasme et d'admiration.

Je me suis efforcé de faire part à nos soldats, dans l'un et l'autre camp, de nos sentiments d'orgueil et de
notre gratitude, et je leur ai promis, d'apporter avec moi au peuple canadien, le message que je croyais

lire sur chacune de leurs figures, et que l'on pourrait ainsi traduire: Courage, patience et confiance en la

victoire.

Les exploits de tous ces braves canadiens, au moment où nous écrivons ces lignes, ont été couronnés de
succès, et l'histoire de notre pays entourera les noms de ceux qui nous reviendront, comme de ceux qui

seront tombés au champ d'honneur, d'une auréole de gloire immortelle.

Chapitre XXXII. LE MILITARISTE ET LE MILITARISÉ

Pour bien comprendre la mentalité de la nation allemande, il faut jeter un coup d'oeil rétrospectif sur son
histoire militaire.

L'Empire d'Allemagne, c'est la Prusse de 40 millions d'habitants, puis quelques petits royaumes: la
Bavière, la Saxe, le Wurtemberg, et enfin, une quantité de petits états de moindre importance qu'elle

s'était adjoints, en 1871.

< page précédente | 80 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.