bibliotheq.net - littérature française
 

Henri Béland - Mille et un jours en prison à Berlin

- Assurément pas, dis-je, il s'agit simplement de donner une petite explication.

Et je parlai d'autre chose, en particulier de sa maladie, puis je le quittai et m'empressai auprès de l'officier
Block. Je lui expliquai simplement que lorsque les instructions avaient été lues trois mois auparavant, le

sous-officier Hoch était absent.

- Eh! bien, dit-il, je ferai rapport en ce sens.

Et nous attendîmes le résultat de cette explication pendant quatre jours, et durant tout ce temps le
sous-officier Hoch était dans des transes terribles: il se voyait condamné au cachot pour quatre ou cinq

mois ou renvoyé dans les tranchées où déjà trois de ses frères étaient tombés.

Enfin, après quatre jours, le lieutenant Block venait me faire part de la réponse qu'il avait reçue de l'Ober
Kommando. "L'explication, disait le document, est satisfaisante, mais le sous-officier Hoch devra être

sévèrement réprimandé." - "J'espère que ces réprimandes ne seront pas trop sévères", lui risquai-je. Il ne

voulut pas donner de réponse: Un officier allemand ne se compromet pas quand il s'agit de la discipline!

Il me quitte et, quelques instants après, il commande qu'on lui amène le sous-officier alsacien. Et voici le
colloque qui eut lieu entre les deux:

L'officier. - Sous-officier Hoch?

- Oui, mon lieutenant.

- Vous êtes sorti avec le prisonnier Béland, la semaine dernière?

- Oui, mon lieutenant.

- Vous êtes passé par les rues du Roi et Unter Den Linden?

- Oui, mon lieutenant.

- Vous savez que c'est contraire aux instructions que nous avons reçues?

- Oui, mon lieutenant.

- Je vous réprimande sévèrement.

- Très bien, mon lieutenant.

- Allez-vous-en.

- Très bien, mon lieutenant.

Et Hoch fit demi-tour à droite et disparut.

L'instant d'après, il était dans ma cellule et riait sous cape de l'heureuse issue de toute l'aventure.

On voit que dans toute cette affaire il s'agit d'un excès de zèle de la part du fameux Wolff.

Chapitre XXXI. EN HOLLANDE ET EN ANGLETERRE

Je goûtais depuis deux jours la douce hospitalité de la Hollande, lorsque je fus invité à me rendre au
Consulat général anglais, à Rotterdam.

< page précédente | 75 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.