bibliotheq.net - littérature française
 

Henri Béland - Mille et un jours en prison à Berlin

Ces documents, qui ont dû être publiés dans tous les pays alliés, établissaient qu'une certaine convention
avait eu lieu entre un attaché militaire anglais et un officier belge, au sujet d'un débarquement éventuel de

troupes anglaises à Ostende.

J'avais pris connaissance de tous ces documents, et j'avais aussi remarqué, en marge de l'un d'eux, une
note écrite par l'expert militaire belge, et ainsi conçue: - "L'entrée des Anglais en Belgique ne se ferait

qu'après la violation de notre neutralité par l'Allemagne." Cette note enlevait au document tout entier son

caractère d'hostilité envers l'Allemagne.

Après la publication de ces documents, des commentaires de source officielle avaient été publiés dans les
journaux, et l'on disait entre autres choses que ces pièces, découvertes dans les archives belges, étaient

connues des autorités compétentes en Allemagne, avant la déclaration de la guerre.

Je posai donc à M. Wolff la question suivante:

- N'est-il pas vrai que tous ces documents auxquels vous faites allusion étaient connus des autorités
compétentes en Allemagne, avant la guerre?...

- Oui, dit-il.

- Alors, comment se fait-il que le chancelier impérial, M. Von Bethman-Hollweg, ait pu faire, le 4 août
1914, la déclaration suivante au Reichstag:

"Les troupes allemandes, au moment où je porte la parole devant vous, ont peut-être franchi la frontière
de Belgique et envahi son territoire. Il faut le reconnaître, c'est là une violation du droit des gens et des

traités internationaux. Mais l'Allemagne se propose et prend l'engagement de réparer tous les dommages

causés à la Belgique aussitôt que les projets militaires qu'elle a en vue auront été réalisés."

On ne se fait pas d'idée de l'embarras où se trouva cet officier. Il essaya de balbutier quelques mots en
guise d'explications: - "Il y a aussi, dit-il, que la Belgique a péremptoirement, refusé de nous laisser

passer." Les termes et le ton de cette explication indiquaient suffisamment que le capitaine Wolff

capitulait.

On a beaucoup critiqué, dans les journaux pangermanistes surtout, cette attitude de Bethman-Hollweg au
Reichstag. On disait qu'une telle déclaration était suffisante pour justifier sa destitution dès le lendemain.

Chapitre XXIX. D'AUTRES RÉMINISCENCES

Durant les années 1916, 1917 et la première partie de l'année 1918, l'Allemagne possédait un dieu et une
idole: le dieu, c'était l'empereur Guillaume, et l'idole, Hindenburg.

On se rappelle que Hindenburg était un général en retraite qui menait une vie paisible à Hanover, lorsque
l'empereur le tira de sa vie relativement obscure pour lui donner le commandement des forces allemandes

en Prusse orientale. Les Russes occupaient à cette époque une partie des provinces prussiennes de la

Baltique. L'empereur, en examinant les thèses faites par les différents généraux allemands, avait

découvert que Hindenburg, un quart de siècle auparavant, avait traité, dans la sienne, de l'invasion de la

Prusse orientale. Il fit donc mander Hindenburg et lui imposa la tâche de libérer le territoire oriental de

l'Allemagne de l'occupation russe.

On sait que Hindenburg s'acquitta de cette tâche victorieusement et qu'il acquit, surtout à la suite de la
fameuse bataille de Tannenberg, une renommée qui surpassait celle de tout autre général prussien. Une

< page précédente | 67 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.