bibliotheq.net - littérature française
 

Henri Béland - Mille et un jours en prison à Berlin

"nous verrons un peu; attendez une fois seulement que la France, la Russie et l'Angleterre se
donnent la main, et il m'est avis que l'empereur Guillaume regrettera d'avoir compromis le confort du

fauteuil royal sur lequel il se prélasse depuis 25 ans!..."

Nous arrivions à Gand, et nous prenons congé de ce malheureux couple gantois qui le matin même avait
dû passer à pied la frontière de Belgique, et faire encore quelques milles de plus pour prendre un train à

destination de Bruxelles.

Chapitre II. LE BUVETIER BOCHE ET LA "BRABANÇONNE"

A Middelkerke, le 2 août, il y avait grande animation sur la digue. Les journaux venaient justement de
publier le texte de l'ultimatum de Guillaume II au gouvernement et à la nation belge. L'indignation était à

son comble:

"Comment, disait-on, cet, empereur Guillaume, que nous avons fêté à Bruxelles il y a quelques mois, cet
empereur Guillaume, qui a été l'hôte de notre roi, l'hôte de la nation belge, c'est lui-même qui vient nous

jeter à la face cette sanglante injure!..."

De la villa que nous habitions, nous pouvions voir des groupes de 15, 20 et 30 personnes assemblées ça
et là sur la plage. A un certain moment, plusieurs de ces groupes se réunissent, forment un contingent

imposant et se rendent processionnellement devant la porte d'un certain estaminet. J'ai oublié le nom du

propriétaire de cet établissement. Quoi qu'il en soit, c'était un Allemand. La façade de l'imposante

gargote était ornée, à chacun de ses trois étages d'une inscription, - en allemand naturellement; c'était une

réclame en faveur de quelque bière allemande, brune ou blonde. Ce ne fut qu'un jeu, et l'affaire d'un

moment de descendre la première enseigne, celle du premier étage. Pour celle du second, on alla

chercher une échelle, et elle fut descendue assez prestement aux acclamations bruyantes de la foule qui, à

ce moment, avait pris des proportions formidables. Quand vint le tour de l'affiche du troisième étage, on

constata que l'échelle était trop courte. Une délégation fut envoyée à l'intérieur pour sommer le

propriétaire boche de grimper à l'étage supérieur, et de faire disparaître lui-même son écriteau...

Les pourparlers durèrent quelques minutes pendant lesquelles la foule, de plus en plus houleuse,
manifestait son impatience par des cris et des menaces. Enfin, à la grande réjouissance de tous les

manifestants, on vit le boche ouvrir une fenêtre et décrocher son enseigne. Toute la plage retentit des

acclamations de la foule qui pouvait bien, à ce moment, représenter un millier de personnes.

Immédiatement on se met en marche, on va quérir la fanfare, et dix minutes plus tard, la foule, toujours

grandissante, revenait, fanfare en tête vers la plage qui retentit des accords d'une musique joyeuse. Enfin,

les manifestants s'arrêtent sur un "square" où l'harmonie joue l'air national belge, la Brabançonne,

puis des partitions musicales, et toute la jeunesse se met à danser.

Le lendemain, la fière et noble réponse du roi et du gouvernement belge à l'ultimatum allemand était
publié. Un héraut en lisait le texte à tous les coins de rues aboutissant à la digue. Une troupe bruyante de

jeunes gens suivaient le héraut, et chaque fois que la lecture du document était terminée, un tonnerre

d'acclamations sortait de ces jeunes poitrines.

Cependant les nouvelles les plus alarmantes couraient de bouche en bouche: on disait que Visé était en
feu, qu'Argenteau avait été détruit, que des civils avaient été exécutés; que c'étaient, dans la région située

à l'est de la Meuse, la terreur et la dévastation; que les Allemands, sans même attendre la réponse faite

par la Belgique à leur sommation provocante, en avaient envahi le territoire. Cette violation du territoire

belge ne me surprit pas énormément après les révélations qui nous avaient été faites par ce monsieur et

< page précédente | 5 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.