bibliotheq.net - littérature française
 

Henri Béland - Mille et un jours en prison à Berlin

A 9 heures, nous étions à Berlin, et je vis pour la première fois la capitale de l'empire allemand. Sur le
quai de la gare, un personnage dont j'ai toujours ignoré le nom, s'était glissé près de nous. Il était en civil.

Après avoir échangé quelques mots avec mon sous-officier, avec lequel il me sembla d'intelligence, ce

fut lui qui donna les ordres et indiqua la direction de la marche que nous devions suivre.

En sortant de la gare, ce monsieur allemand en civil, qui devait être un officier d'un assez haut rang,
m'invita à monter dans une automobile, et me dit comme ça: "C'est la première fois que vous venez à

Berlin?" en excellent français. - "Oui", que je lui répondis. - "Berlin est un très jolie ville", continua-t-il.

Je n'eus rien à dire à l'encontre. Nous allions ainsi à travers les rues de la capitale, et il m'était impossible

de me rendre compte du but que pouvait avoir notre course. J'étais toujours sous l'impression que l'on me

conduisait à Ruhleben, camp d'internement de civils de nationalité anglaise, et cette promenade a travers

Berlin me laissait espérer que nous allions descendre à quelque hôtel, ou maison de pension quelconque

où les prisonniers sont hébergés en cours de route. C'était chez moi, à ce moment, une véritable

obsession: je supposais, et j'espérais surtout, que l'on prendrait quelque part une légère collation, il y

avait vingt-quatre heures bien comptées que je n'avais pris aucune nourriture. Mon sous-officier avait

bien grugé durant le trajet une croûte tirée de son knapsack, mais, soit pour obéir à sa consigne,

ou soit par manque de civilité, il avait négligé de m'en offrir la moindre parcelle.

L'automobile descendait une superbe avenue: c'est, me dit mon nouveau compagnon, l'avenue Unter
den Linden
(Sous les Tilleuls), la plus belle de Berlin. On peut être anti-allemand, mais on ne peut
s'empêcher de reconnaître que cette avenue ne manque pas d'un certain charme. Elle va de la porte de

Brandebourg jusqu'au palais de l'Empereur, situé sur la rivière Sprée.

Nous contournons le palais de l'Empereur et immédiatement après, nous nous engageons dans des rues
plus étroites. Après une course d'environ un quart d'heure, nous arrivons devant un édifice immense, aux

murs gris sale. Inutile d'en faire plus de mystère, c'était une prison, et j'étais enfin parvenu à destination.

Chapitre XV. LA STADVOGTEI

C'est en face de la Stadvogtei que vient de s'arrêter l'automobile dans laquelle on m'avait fait monter à la
gare. C'est une prison bien connue en Allemagne. En temps de paix, elle sert à la détention des

prisonniers politiques, et en général de tous ceux qui attendent le moment de comparaître en Cour

d'Assises. Située sur la rue Dirksen, à environ 200 verges de la place dite Alexandre, elle est attenante à

la préfecture de police. C'est un immense édifice de forme triangulaire dans son ensemble.

C'est là que l'on me prie de descendre. On me fait entrer dans un bureau où se trouvent deux militaires:
l'un sergent-major et l'autre sous-officier.

Je dois dire qu'à ce moment-là j'ignorais encore complètement où j'étais, et quel pouvait être le caractère
de l'institution où l'on m'avait introduit. J'étais encore sous l'impression que ce pouvait être un hôtel d'un

genre particulier, réservé aux prisonniers de passage à Berlin, - les justes récriminations de mon estomac

m'obsédaient de plus en plus, - car j'avais toujours à l'esprit la déclaration qui m'avait été faite à Anvers, à

savoir que je serais conduit à Ruhleben. Je me berçais de la douce illusion qu'à cet endroit où nous

venions d'arriver on me servirait à dîner, et qu'après une honnête sieste nous continuerions notre route

jusqu'à ma destination définitive.

En attendant, je promenais mes regards tout autour de ce bureau, et j'examinais tour à tour les deux
militaires de service. Mes deux compagnons, le sous-officier et le civil, étaient entrés en conversation

avec eux en allemand. Le sous-officier tira de sa poche un papier quelconque, le remit au sergent-major

< page précédente | 29 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.