bibliotheq.net - littérature française
 

Henri Béland - Mille et un jours en prison à Berlin

- Et pourquoi?

M. Spaet lui répondit:

- C'est pour fuir le canon.

- Mais il n'y a plus de canon, puisque Anvers est tombée; dites-leur de retourner dans leurs foyers, et
qu'ils ne seront pas inquiétés.

Nous redoutions les réquisitions, et c'était là ce qui nous préoccupait le plus. Le major nous laissa
entendre que, pour le moment, il se bornerait aux réquisitions de chevaux. Nous lui expliquons de notre

mieux qu'à Capellen il n'y avait, à bien dire, que les chevaux des paysans et qu'ils étaient indispensables

pour terminer les travaux des champs... Après quelques pourparlers supplémentaires on parvint à

s'entendre, et le major nous annonça qu'il serait envoyé à Capellen une seule compagnie d'infanterie, et

que les officiers devraient être bien traités; quant aux hommes, on pourrait les loger, par exemple, à la

maison d'école.

Le major prussien était très anxieux de savoir dans quel état se trouvaient les forts situés dans les
environs de Capellen. Nous étions sous l'impression que ces forts avaient été détruits par les garnisons au

moment de l'évacuation. Afin de se rendre compte de visu, il prit deux d'entre nous avec lui dans son

automobile et fit le tour des forts de Capellen, d'Erbrandt et de Stabrock, pour revenir ensuite à la mairie,

puis disparaître. Celui-là, nous ne l'avons jamais revu.

Dans l'après-midi de samedi, 10 octobre, une compagnie de fantassins arriva à la maison communale. Un
bref commandement est donné: deux militaires se détachent, entrent à la mairie, et quelques minutes plus

tard, la foule sur la place publique assiste à la cérémonie humiliante et souverainement douloureuse de la

descente du drapeau belge, qui flottait là depuis près de cent ans. A sa place montait le drapeau allemand.

Capellen était définitivement soumis à l'occupation teutonne. Comme ce village est le dernier au nord de

la place fortifiée d'Anvers. il s'ensuit que le drapeau allemand flottait alors sur toute la terre belge, depuis

la frontière de France jusqu'à celle de Hollande.

Chapitre IX. UN HÔTE ALLEMAND

"Hâtez-vous, Monsieur et Madame, de rentrer chez-vous, car les Allemands sont là." C'était un gamin qui
nous apostrophait ainsi, sur la chaussée, entre l'église et le château. Nous revenions, ma femme et moi, du

service religieux, lorsque ce petit garçon nous apprit que des Allemands nous attendaient à la maison.

Nous pressons le pas, et quelques instants plus tard nous constatons, en passant la grande grille, qu'une

automobile stationnait devant notre porte. En entrant, nous nous trouvons en présence d'un officier

allemand, le casque à pointe sur la tête, et qui nous saluait, ma femme et moi, en s'inclinant très bas. A la

porte, il avait laissé, dans son automobile, trois autres militaires. Cet officier, qui parlait assez bon

français, était venu nous demander à loger. Cette proposition tout à fait inattendue nous laissa

passablement perplexes: il était assez difficile de refuser, et il ne nous était pas agréable du tout

d'accepter! Nous essayons de lui faire comprendre que la maison est remplie, que de nombreux réfugiés,

parents de la famille, logeaient chez nous depuis plus d'une semaine, et qu'il est fort difficile, sinon

impossible, de lui faire place. Mais il insiste en nous disant que les trois militaires qui l'accompagnaient,

un chauffeur, une ordonnance et un palefrenier, pourraient loger dans la remise aux autos, et que lui seul

exigerait une chambre dans la maison même.

Croyant qu'en lui dévoilant ma nationalité il me serait plus facile de le dissuader, je lui dis simplement:

< page précédente | 17 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.