bibliotheq.net - littérature française
 

Henri Béland - Mille et un jours en prison à Berlin

réfugiés entraient dans le parc et dans le jardin, et s'improvisaient un gîte pour la nuit, sous les arbres et
dans les buissons. D'autres, les vieillards, les femmes ou les malades, étaient admis dans la maison. Les

chambres, les corridors, les greniers et les caves, tout était rempli.

Le lendemain matin, ces pauvres réfugiés reprenaient leur marche vers la Hollande, et c'était de nouveau
le triste défilé de cette longue et lamentable théorie de nécessiteux allant tout droit devant eux, sans but,

en quête d'un foyer étranger qui daignerait leur être hospitalier!...

Le vendredi, jour de la prise d'Anvers, les troupes allemandes entrèrent dans la ville vers 9 heures du
matin.

Afin de faire un récit, le plus exact, possible de la manière dont l'année allemande procéda à l'occupation
d'Anvers, j'utiliserai certaines confidences que me fit un officier allemand, qui fit partie de l'armée

d'invasion, et qui logea chez nous pendant environ trois mois après la prise de la ville.

Lorsque la résistance belge eut cessé, c'est-à-dire dans la nuit du 8 au 9 octobre, les Allemands, comme je
l'ai dit plus haut, continuèrent le bombardement de la ville jusqu'à 7 heures le lendemain matin. A 9

heures, les premiers régiments allemands reçurent l'ordre de pénétrer à l'intérieur des murs. Toute l'armée

allemande était sous l'impression que la ville serait défendue, pied à pied, à l'intérieur des murs... On

croyait que l'armée belge, forte de 90,000 à 100,000 hommes, y était demeurée.

Les Allemands, qui n'avaient à leur disposition que 55,000 hommes, - si j'en crois mon officier, -
redoutaient une prise corps à corps dans les rues de la ville. L'ordre fut donné, comme je viens de le dire,

de pénétrer dans la ville par les portes du sud-est. Régiments après régiments entrèrent par la porte de

Deurne, baïonnette au canon, marchant comme on pourrait dire, sur le bout du pied, et s'attendant à voir

surgir, derrière les murs des maisons, toute une armée de fantassins.

Ils ne trouvèrent personne! La ville était à peu près déserte; il n'y restait que très peu de civils, et pas un
seul militaire. Les troupes prirent place devant l'Athénée, et on délégua auprès du quartier général belge

un groupe d'officiers pour demander des explications. Au quartier général belge, on ne trouva qu'un

concierge, qui, naturellement, ignorait tout au sujet de l'armée. La députation se dirigea alors vers l'Hôtel

de ville, où on trouva les principaux officiers municipaux, mais là comme au quartier général, on ne put

obtenir de renseignements satisfaisants.

Les parlementaires demandèrent la reddition de la ville, mais on leur répondit qu'elle était sous
commandement militaire, et que les autorités civiles n'avaient pas reçu les instructions de la rendre. C'est

ce qui explique comment cet officier allemand, que nous avons rencontré, dès le surlendemain, à

Capellen, pouvait nous dire que la situation, à Anvers, était très précaire. Cela signifiait, à son point de

vue, que les Allemands étaient entrés dans la ville, mais qu'elle ne s'était pas rendue.

La ville et la province d'Anvers étaient tombées sous le talon de l'Allemand. L'armée belge retraita dans
la direction d'Ostende, longea la côte jusqu'aux environs de Nieuport où elle prit position. On sait quel

rôle important elle a joué derrière les écluses de l'Yser, en barrant la route de Calais.

Chapitre VII. DANS LES TRANSES

Vendredi, le 9 octobre 1914, fut pour la ville d'Anvers et pour les villages situés dans la zone des forts
extérieurs, une journée d'anxiété et de crainte. L'Allemand était, c'est bien le cas de le dire, dans nos

murs. Entré dès le matin, dans la ville même, il s'était vite répandu, par toutes les routes de l'est, de

l'ouest et du nord, dans la forteresse et dans les environs. - Quand arrivera-t-il à Capellen? C'est la

< page précédente | 13 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.