bibliotheq.net - littérature française
 

Hector Malot - En famille

charmait.

Quant elle eut achevé son pain, qui tourna court, bien qu'elle fit, à mesure qu'il diminuait, les morceaux
de plus en plus petits, les eaux de l'étang, quelques instants auparavant brillantes comme un miroir,

étaient devenues sombres, et le ciel avait éteint son éblouissant incendie; dans quelques minutes la nuit

descendrait sur la terre, l'heure du coucher avait sonné.

Mais avant de fermer sa porte et de s'étendre sur son lit de fougère, elle voulut prendre une dernière
précaution, qui était d'enlever le pont jeté sur le fossé. Assurément elle se croyait en pleine sécurité dans

l'aumuche; personne ne viendrait la déranger, de cela elle était sûre; et, en tout cas, on ne pourrait pas en

approcher sans que les habitants de l'étang, qui avaient l'oreille fine, lui donnassent l'éveil par leurs cris;

mais enfin, tout cela n'empêchait pas que l'enlèvement du pont, s'il était possible, ne fût une bonne chose.

Et puis il n'y avait pas que la question de sécurité dans cet enlèvement, il y avait aussi celle du plaisir:
est-ce que ce ne serait pas amusant de se dire qu'elle était sans aucune communication avec la terre, dans

une vraie île dont elle prenait possession? Quel malheur de ne pas pouvoir hisser un drapeau sur le toit

comme cela se voit dans les récits de voyages, et de tirer un coup de canon.

Vivement elle se mit à l'ouvrage, et ayant avec son manche à balai dégagé la terre qui à chaque bout
entourait le tronc de saule servant de pont, elle put le tirer sur son bord.

Maintenant elle était; bien chez elle, maîtresse dans son royaume, reine de son île qu'elle s'empressa de
baptiser, comme font les grands voyageurs; et pour le nom elle n'eut pas une seconde d'embarras ou

d'hésitation: que pouvait-elle trouver de mieux que celui qui répondait à sa situation présente:

- Good hope.

Il y avait bien déjà le cap de Bonne-Espérance; mais on ne peut pas confondre un cap avec une île.

XIX

C'est très amusant d'être, reine, surtout quand on n'a ni sujets, ni voisins, mais encore faut-il n'avoir rien
autre chose à faire que de se promener de fêtes en fêtes à travers ses États.

Et justement elle n'en était pas encore à l'heureuse période des fêtes et des promenades. Aussi quand le
lendemain, au jour levant, la population volatile de l'étang la réveilla par son aubade, et qu'un rayon de

soleil, passant par une des ouvertures de l'aumuche, se joua sur son visage, pensa-t-elle tout de suite que

ce n'était plus à poings fermés qu'elle pouvait dormir, mais assez légèrement au contraire, pour se

réveiller lorsque le premier coup de sifflet ferait entendre son appel.

Mais le sommeil le plus, solide n'est pas toujours le meilleur, c'est bien plutôt celui qui s'interrompt,
reprend, s'interrompt encore et donne ainsi la conscience de la rêverie qui se suit et s'enchaîne; et sa

rêverie n'avait rien que d'agréable et de riant: en dormant, sa fatigue de la veille avait si bien disparu

qu'elle ne s'en souvenait même plus; son lit était doux, chaud, parfumé; l'air qu'elle respirait embaumait

le foin fané; les oiseaux la berçaient de leurs chansons joyeuses, et les gouttes de rosée condensée sur les

feuilles de saules qui tombaient dans l'eau faisaient une musique cristalline.

Quand le sifflet déchira le silence de la campagne, elle fut vite sur ses pieds, et après une toilette soignée
au bord de l'étang, elle se prépara à partir. Mais sortir de son île en remettant le pont en place lui parut un

moyen qui, en plus de sa vulgarité, présentait ce danger d'offrir le passage à ceux qui pourraient vouloir

< page précédente | 89 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.