bibliotheq.net - littérature française
 

Hector Malot - En famille

de l'absence de son fils. Sa santé, qui avait été bonne, devint mauvaise; il eut des fluxions de poitrine, et
il resta avec la toux; et puis, un jour il ne vit plus ni pour lire, ni pour se conduire. Pensez quelle

inquiétude dans le pays, s'il était obligé de vendre ou d'abandonner les usines! Ah! bien oui, il n'a rien

abandonné du tout, et a continué de travailler comme s'il avait ses bons yeux. Ceux qui avaient compté

sur sa maladie pour faire les maîtres, ont été remis à leur place, - elle baissa la voix, - les neveux, et M.

Talouel le directeur.»

Zénobie, sur le seuil, cria:

«Rosalie, vas-tu venir, fichue caleuse?

- Je finis d'manger.

- Y a du monde à servir.

- Il faut que je vous quitte.

- Ne vous gênez pas pour moi.

- À ce soir.»

Et d'un pas lent, à regret, elle se dirigea vers la maison.

XIII

Après son départ, Perrine fût volontiers restée assise à sa table comme si elle était là chez elle. Mais
justement elle n'était pas chez elle, puisque cette cour était réservée aux pensionnaires, non aux ouvriers

qui n'avaient droit qu'à la petite cour du fond où il n'y avait ni bancs, ni chaises, ni table. Elle quitta donc

son banc, et s'en alla au hasard, d'un pas de flânerie par les rues qui se présentaient devant elle.

Mais si doucement qu'elle marchât, elle les eut bientôt parcourues toutes, et comme elle se sentait suivie
par des regards curieux qui l'empêchaient de s'arrêter lorsqu'elle en avait envie, elle n'osa pas revenir sur

ses pas et tourner indéfiniment dans le même cercle. Au haut de la côte, à l'opposé des usines, elle avait

aperçu un bois dont la masse verte se détachait sur le ciel: là peut-être elle trouverait la solitude en cette

journée du dimanche, et pourrait s'asseoir sans que personne fit attention à elle.

En effet il était désert, comme déserts aussi étaient les champs qui le bordaient, de sorte qu'à sa lisière,
elle put s'allonger librement sur la mousse, ayant devant elle la vallée et tout le village qui en occupait le

centre. Quoiqu'elle le connût bien par ce que son père lui en avait raconté, elle s'était un peu perdue dans

le dédale des rues tournantes; mais maintenant qu'elle le dominait, elle le retrouvait tel qu'elle se le

représentait en le décrivant à sa mère pendant leurs longues routes, et aussi tel qu'elle le voyait dans les

hallucinations de la faim comme une terre promise, en se demandant désespérément si elle pourrait

jamais l'atteindre.

Et voilà qu'elle y était arrivée; qu'elle l'avait étalé devant ses yeux; que du doigt elle pouvait mettre
chaque rue, chaque maison à sa place précise.

Quelle joie! c'était vrai: c'était vrai, ce Maraucourt dont elle avait tant de fois prononcé le nom comme
une obsession, et que depuis son entrée en France elle avait cherché sur les bâches des voitures qui

passaient ou celles des wagons arrêtés dans les gares, comme si elle avait besoin de le voir pour y croire,

ce n'était plus le pays du rêve, extravagant, vague ou insaisissable, mais celui de la réalité.

< page précédente | 63 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.