bibliotheq.net - littérature française
 

Hector Malot - En famille

- Vous savez, je ne vous promets pas une belle chambre pour vous toute seule à ce prix-là; vous serez six
dans la même, mais enfin vous aurez un lit, des draps, une couverture; tout le monde n'en a pas.

- J'accepte en vous remerciant.

- Il n'y a que des gens à vingt-huit sous la semaine qui logent chez ma grand'mère; nous avons aussi, mais
dans notre maison neuve, de belles chambres pour nos pensionnaires qui sont employés à l'usine: M.

Fabry, l'ingénieur des constructions; M. Mombleux, le chef comptable; M. Bendit, le commis pour la

correspondance étrangère. Si vous parlez jamais à celui-là, ne manquez pas de l'appeler M.

Benndite
; c'est un Anglais qui se fâche, quand on prononce Bandit, parce qu'il croit qu'on
veut l'insulter comme si on disait «Voleur».

- Je n'y manquerai pas; d'ailleurs je sais l'anglais.

- Vous savez l'anglais, vous?

- Ma mère était Anglaise.

- C'est donc ça. Ah bien, il sera joliment content de causer avec vous, M. Bendit, et il le serait encore
bien plus si vous saviez toutes les langues, parce que sa grande récréation le dimanche c'est de lire le

Pater
dans un livre où il est imprimé en vingt- cinq langues; quand il a fini, il recommence, et puis
après il recommence, encore; et toujours comme ça chaque dimanche; c'est tout de même un brave

homme.

XII

Entre le double rideau de grands arbres qui de chaque côté encadre la route, depuis déjà quelques instants
se montraient pour disparaître aussitôt, à droite sur la pente de la colline, un clocher en ardoises, à gauche

des grands combles dentelés d'ouvrages en plomb, et un peu plus loin plusieurs hautes cheminées en

briques.

«Nous approchons de Maraucourt, dit Rosalie, bientôt vous allez apercevoir le château de M. Vulfran,
puis ensuite les usines; les maisons du village sont cachées dans les arbres, nous ne les verrons que quand

nous serons dessus; vis-à-vis de l'autre côté de la rivière, se trouve l'église avec le cimetière.»

En effet, en arrivant à un endroit où les saules avaient été coupés en têtards, le château surgit tout entier
dans son ordonnance grandiose avec ses trois corps de bâtiment aux façades de pierres blanches et de

briques rouges, ses hauts toits, ses cheminées élancées au milieu de vastes pelouses plantées de bouquets

d'arbres, qui descendaient jusqu'aux prairies où elles se prolongeaient au loin avec des accidents de

terrain selon les mouvements de la colline.

Perrine surprise avait ralenti sa marche, tandis que Rosalie continuait la sienne, cela produisit un heurt
qui leur fit poser le panier à terre.

«Vous le trouvez beau hein! dit Rosalie.

- Très beau.

- Eh bien M. Vulfran demeure tout seul là dedans avec une douzaine de domestiques pour le servir, sans
compter les jardiniers, et les gens de l'écurie qui sont dans les communs que vous apercevez là-bas à

l'extrémité du parc, à l'entrée du village où il y a deux cheminées moins hautes et moins grosses que

< page précédente | 58 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.