bibliotheq.net - littérature française
 

Hector Malot - En famille

- Il dit qu'il parle d'après les témoignages de tous ceux qui l'ont connue; ces témoignages de tous n'ont-ils
pas plus d'importance que l'opinion d'un seul? Enfin, si vous la receviez dans votre maison, n'aurait-elle

pas, elle, votre petite fille, des soins plus intelligents que ceux que je peux avoir, moi?

- Ne parle pas contre toi.

- Je ne parle ni pour ni contre moi, mais pour ce qui est la justice...

- La justice!

- Telle que je la sens; ou si vous voulez, pour ce que, dans mon ignorance, je crois être la justice.
Précisément parce que sa naissance est menacée et contestée, cette jeune fille en se voyant accueillie, ne

pourrait pas ne pas être émue d'une profonde reconnaissance. Pour cela seul, en dehors de toutes les

autres raisons qui la pousseraient, elle vous aimerait de tout son coeur.»

Elle joignit les mains en le regardant comme s'il pouvait la voir, et avec un élan qui donnait à sa voix un
accent vibrant:

«Ah! monsieur, ne voulez-vous pas être aimé par votre fille?»

Il se leva d'un mouvement impatient:

«Je t'ai dit qu'elle ne serait jamais ma fille. Je la hais, comme je hais sa mère; elles qui m'ont pris mon
fils, qui me le gardent. Est-ce que, si elles ne l'avaient pas ensorcelé, il ne serait pas près de moi depuis

longtemps? Est-ce qu'elles n'ont pas été tout pour lui, quand moi son père, je n'étais rien?»

Il parlait avec véhémence en marchant à pas saccadés par son cabinet, emporté, secoué par un accès de
colère qu'elle n'avait pas encore vu. Tout à coup il s'arrêta devant elle:

«Monte à ta chambre, dit-il, et plus jamais, tu entends, plus jamais, ne te permets de me parler de ces
misérables; car enfin de quoi te mêles-tu? Qui t'a chargé de me tenir un pareil discours?»

Un moment interdite, elle se remit:

«Oh! personne, monsieur, je vous jure; j'ai traduit, moi fille sans parents, ce que mon coeur me disait, me
mettant à la place de votre petite fille.»

Il se radoucit, mais ce fut encore d'un ton menaçant qu'il ajouta:

«Si tu ne veux pas que nous nous fâchions, désormais n'aborde jamais ce sujet, qui m'est, tu le vois,
douloureux; tu ne dois pas m'exaspérer.

- Pardonnez-moi, dit-elle la voix brisée par les larmes qui l'étouffaient, certainement j'aurais dû me taire.

- Tu l'aurais dû d'autant mieux que ce que tu as dit était inutile.»

XXXVI

Pour suppléer aux nouvelles que ses correspondants ne lui donnaient point, sur la vie de son fils, pendant
les trois dernières années, M. Vulfran faisait paraître dans les principaux journaux de Calcutta, de Dakka,

de Dehra, de Bombay, de Londres, une annonce répétée chaque semaine, promettant quarante livres de

récompense à qui pourrait fournir un renseignement, si mince qu'il fût, mais certain cependant, sur

Edmond Paindavoine; et comme une des lettres qu'il avait reçues de Londres parlait d'un projet

< page précédente | 176 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.