bibliotheq.net - littérature française
 

Hector Malot - En famille

chez une bonne lingère, un trousseau complet. Fiez-vous- en à moi, vous aurez quelque chose de joli, qui
à chaque instant, je l'espère au moins, me rappellera à votre souvenir. Là-dessus dormez bien, et

n'oubliez rien de ce que je vous ai dit.»

XXV

«Faire tout ce qu'elle pourrait pour M. Vulfran» ne signifiait pas du tout, aux yeux de Perrine, ce que
Mme Bretoneux avait cru comprendre; aussi se garda-t-elle de jamais dire un mot à Casimir des

recherches qui se poursuivaient aux Indes et en Angleterre.

Et cependant, quand il la rencontrait seule, Casimir avait une façon de la regarder qui aurait dû provoquer
les confidences.

Mais quelles confidences eût-elle pu faire, alors même qu'elle se fût décidée à rompre le silence que M.
Vulfran lui avait commandé?

Elles étaient aussi vagues que contradictoires, les nouvelles qui arrivaient de Dakka, de Dehra et de
Londres, surtout elles étaient incomplètes, avec des trous qui paraissaient difficiles à combler, surtout

pour les trois dernières années. Mais cela ne désespérait pas M. Vulfran et n'ébranlait pas sa foi. «Nous

avons fait le plus difficile, disait-il quelquefois, puisque nous avons éclairé les temps les plus éloignés;

comment la lumière ne se ferait-elle pas sur ceux qui sont près de nous? un jour où l'autre le fil se

rattachera et alors il n'y aura plus qu'à le suivre.»

Si de ce côté Mme Bretoneux n'avait guère réussi, au moins n'en avait-il pas été de même pour les soins
qu'elle avait recommandé à Perrine de donner à M. Vulfran. Jusque-là Perrine ne se serait pas permis, les

jours de pluie, de relever la capote du phaéton, ni, les jours de froid ou de brouillard, de rappeler à M.

Vulfran qu'il était prudent à lui d'endosser un pardessus, ou de nouer un foulard autour de son cou, pas

plus qu'elle n'aurait osé, quand les soirées étaient fraîches, fermer les fenêtres du cabinet; mais du

moment qu'elle avait été avertie par Mme Bretoneux que le froid, l'humidité, le brouillard, la pluie,

pouvaient aggraver la maladie de M. Vulfran, elle ne s'était plus laissé arrêter par ces scrupules et ces

timidités.

Maintenant, elle ne montait plus en voiture, quel que fut le temps, sans veiller à ce que le pardessus se
trouvât à sa place habituelle avec un foulard dans la poche, et au moindre coup de vent frais, elle le posait

elle-même sur les épaules de M. Vulfran, ou le lui faisait endosser. Qu'une goutte de pluie vint à tomber,

elle arrêtait aussitôt, et relevait la capote. Que la soirée ne fût pas tiède après le dîner, et elle refusait de

sortir. Au commencement, quand ils faisaient une course à pied, elle allait de son pas ordinaire, et il la

suivait sans se plaindre, car la plainte était précisément ce qu'il avait le plus en horreur, pour lui-même

aussi bien que pour les autres; mais maintenant qu'elle savait que la marche un peu vive lui était une

souffrance accompagnée de toux, d'étouffement, de palpitations, elle trouvait toujours des raisons, sans

donner la vraie, pour qu'il ne pût pas se fatiguer, et ne fit qu'un exercice modéré, celui précisément qui lui

était utile, non nuisible.

Une après-midi qu'ils traversaient ainsi à pied le village, ils rencontrèrent Mlle Belhomme, qui ne voulut
point passer sans saluer M. Vulfran, et après quelques paroles de politesse le quitta en disant:

«Je vous laisse sous la garde de votre Antigone.»

Que voulait dire cela? Perrine n'en savait rien et M. Vulfran qu'elle interrogea ne le savait pas davantage.
Alors le soir elle questionna l'institutrice, qui lui expliqua ce qu'était cette Antigone, en lui faisant lire

< page précédente | 172 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.