bibliotheq.net - littérature française
 

Hector Malot - Baccara

pour la fabrication que pour la vente. Pendant qu'à Paris il s'occupait des affaires de la France, à Elbeuf
elle dirigeait d'une main aussi habile que ferme celles de la fabrique; en vraie femme de commerce,

comme il n'était pas rare d'en rencontrer autrefois derrière les rideaux verts d'un comptoir, mais comme

on n'en voit plus maintenant, trouvant encore le temps d'accomplir avec un seul commis la besogne du

bureau: la correspondance, la comptabilité, la caisse et la paye qu'elle faisait elle-même.

Si bon commerçant que fût Adeline, ce n'était cependant pas d'affaires qu'il avait hâte de s'entretenir en
arrivant chez lui - ces affaires, il les connaissait, au moins en gros, par les lettres que sa femme lui

écrivait tous les soirs; c'était sa femme même, c'était sa fille qui occupaient son coeur, et tout en

mangeant, tout en répondant avec plus ou moins d'à-propos à sa mère, ses yeux allaient de l'une à l'autre.

S'il aimait celle-ci tendrement, il adorait celle-là, et il n'était pas rare que tout à coup il s'interrompît pour

se pencher vers elle et l'embrasser en la prenant dans ses bras:

- Eh bien, ma petite Berthe, es-tu contente du retour du papa?

Il la regardait, il la contemplait avec un bon sourire, fier de sa beauté qui lui semblait incomparable; où
trouver une fille de dix-huit ans plus charmante? Elle avait des cheveux d'un blond soyeux qu'il ne voyait

chez aucune autre, une fraîcheur de carnation, une profondeur, une tendresse dans le regard vraiment

admirables, et avec cela si bonne de coeur, si facile, si aimable de caractère!

Comme il ne voulait pas faire de jaloux, il avait aussi des mots affectueux pour la petite Léonie, sa nièce,
âgée de douze ans, dont il était le tuteur et qui vivait chez lui, travaillant sous la direction de maîtres

particuliers, parce qu'elle était trop faible de santé pour être envoyée à Rouen au couvent des Dames de la

Visitation où toutes les filles des Adeline avaient été élevées.

Le dîner se prolongeait; quand il était fini, l'heure était avancée; alors il roulait lui-même sa mère jusqu'à
la chambre qu'elle occupait au rez-de-chaussée, de plain-pied avec le salon, depuis qu'elle était paralysée;

puis, après avoir embrassé Berthe et Léonie, qui montaient à leurs chambres, il passait avec sa femme

dans le bureau, et alors commençait entre eux la causerie sérieuse, celle des affaires, qui, plus d'une fois,

se prolongeait tard dans la nuit.

Ils avaient là sous la main les livres, la correspondance, les carrés d'échantillons, ils pouvaient discuter
sérieusement et se mettre d'accord sur ce qui, pendant la semaine, avait été réservé: elle lui rendait

compte de ce qu'elle avait fait et de ce qu'elle voulait faire; à son tour, il racontait ses démarches à Paris

dans l'intérêt de leur maison, il disait quels commissionnaires, quels commerçants il avait vus, et, tirant

de ses poches les échantillons qu'il avait pu se procurer chez les marchands de drap et chez les tailleurs,

ils les comparaient à ceux qui avaient été essayés chez eux.

Pendant quelques années, quand ils avaient arrêté ces divers points, leur tâche était faite pour la soirée: la
semaine finie était réglée, celle qui allait commencer était décidée; mais des temps durs avaient

commencé où les choses ne s'étaient plus arrangées avec cette facilité: la consommation se ralentissant, il

fallait être plus accommodant pour la vente et accepter des acheteurs avec lesquels les petits fabricants

seuls, forcés de courir des aventures, avaient consenti à traiter jusqu'à ce jour; de grosses faillites avaient

été le résultat de ce nouveau système; elles s'étaient répétées, enchaînées, et il était arrivé un moment où

la maison Adeline, autrefois si solide, avait eu de la peine à combiner ses échéances.

III

Un soir qu'on attendait Adeline, la famille était réunie dans le bureau dont on venait de fermer les volets

< page précédente | 8 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.