bibliotheq.net - littérature française
 

Hector Malot - Baccara

quelques-uns de ses amis à venir dîner le lundi chez elle.

- Ici n'êtes-vous pas chez vous?

C'est qu'il n'était pas dans le caractère de Raphaëlle de se laisser jamais emporter par la colère ou la
fâcherie, ni de compromettre ses intérêts.

Or, il y avait intérêt pour elle - un intérêt capital - à obtenir cette autorisation, et là où le comte de
Cheylus, sur qui elle avait eu la simplicité de compter, échouait, d'autres réussiraient, - il lui amènerait

ces autres, et, en les étudiant à sa table, elle choisirait celui qui serait en situation d'enlever de haute main

cette autorisation sans craindre de se la voir refuser.

L'année précédente, à Biarritz, dans un cercle qu'elle dirigeait avec un ancien lutteur appelé Barthelasse,
elle avait fait la connaissance du vicomte de Mussidan, que le malheur des temps et l'injustice du sort

avaient fait échouer là comme croupier. Il était jeune, il était beau, il était noble, elle l'avait aimé, et elle

s'était laissé affoler par l'envie de se faire épouser.

Vicomtesse de Mussidan! Quel rêve, quand de son vrai nom on s'appelle Françoise Hurpin, et qu'on a
donné une notoriété vraiment trop tapageuse à celui de Raphaëlle! Deux de ses anciennes amies enrichies

avaient épousé vieilles des jeunes gens, mais aucune n'avait pu se payer un vicomte. Elle avait eu des

princes, des ducs, un fils de roi pour amants, mais ils ne lui avaient pas donné leur nom.

Dans l'état de détresse où se trouvait le vicomte de Mussidan, il semblait qu'il dût se laisser épouser par
une femme qui le tirerait de la misère; mais quand elle avait adroitement abordé la question du mariage,

il avait commencé par ne pas comprendre; puis, quand elle avait précisé de façon à ce qu'il lui fût

impossible de s'échapper, il avait nettement répondu par la question de fortune.

- Qu'apportait-elle en mariage?

Tout compte fait, il s'était trouvé que cette fortune ne suffirait pas à la vie qu'il entendait mener.

Elle s'était désespérée, et, comme il était bon prince, il l'avait consolée.

- Il n'y avait qu'à la doubler, qu'à la tripler, cette fortune; le moyen était en somme, assez facile: elle avait
des relations; qu'elle obtint pour lui l'autorisation d'ouvrir un cercle à Paris, et ils ne tarderaient pas,

associés elle et lui, tous deux dans la coulisse, à gagner ce qui leur manquait. Alors ils se marieraient

comme deux honnêtes fiancés qui ont travaillé pour leur dot.

II

C'était dans les dîners auxquels l'invitait «son cher collègue» qu'Adeline avait fait la connaissance du
vicomte de Mussidan, l'homme du monde le plus affable et le plus aimable qu'il eût jamais rencontré,

Comment, dans ce jeune homme élégant et distingué, d'une politesse exquise, de grandes manières,

reconnaître «Frédéric», l'ancien croupier de Barthelasse? Personne n'en aurait eu l'idée, alors même qu'on

l'aurait entendu prononcer les mots sacramentels: «Messieurs, faites votre jeu; le jeu est fait», qui

d'ailleurs ne lui échappaient point, car on ne jouait pas chez Raphaëlle.

Ils étaient fort agréables, ces dîners, où, à l'exception du vicomte de Mussidan et du père de la maîtresse
de la maison, un ancien militaire de belle prestance et décoré, on ne rencontrait que des collègues avec

lesquels on continuait les conversations commencées au Palais-Bourbon; aussi était-il rare que les

invitations de M. de Cheylus ne fussent pas acceptées avec empressement: c'était avenue d'Antin, à deux

< page précédente | 47 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.