bibliotheq.net - littérature française
 

Hector Malot - Baccara

- Pardonnez-moi, madame, dit Michel en s'adressant avec un sourire d'excuse à madame Adeline,
mademoiselle Léonie faisait un devoir sur Annibal qui ne l'amusait pas beaucoup; j'ai voulu l'égayer. Je

crois que maintenant elle n'oubliera plus Annibal.

- M. Michel sait trouver un mot agréable pour chacun, dit la maman.

Madame Adeline regardait sa fille dans les yeux, et à leur éclat il était évident que, pour Berthe aussi,
Michel avait trouvé quelque chose d'agréable, - mais à coup sûr de moins enfantin que pour Léonie.

L'aimait-elle donc?

V

L'oncle et le neveu partis, madame Adeline ne reprit pas son travail; elle n'avait plus la tête aux chiffres;
et, d'ailleurs, le temps avait marché.

On quitta le bureau, Berthe roula sa grand'mère dans la salle à manger, et madame Adeline, qui, pour
diriger la fabrique, n'en surveillait pas moins la maison, alla voir à la cuisine si tout était prêt pour servir

quand le maître arriverait, puis elle revint dans la salle à manger attendre.

- Comment va le cartel? demanda la Maman; est-ce qu'il n'avance pas?

- Non, grand'mère, répondit Berthe, il va comme Saint-Étienne.

- Comment ton père n'est-il pas arrivé? aurait-il manqué le train?

Cela fut dit d'une voix qui tremblait, avec une inquiétude évidente, en regardant sa belle-fille, qui, elle
aussi, montrait une impatience extraordinaire.

Tout le monde avait l'oreille aux aguets; on entendit des pas pressés dans la cour, Berthe courut ouvrir la
porte du vestibule.

Presque aussitôt Adeline entra dans la salle à manger, tenant dans sa main celle de sa fille; tout de suite il
alla à sa mère, qu'il embrassa, puis, après avoir embrassé aussi sa femme et Léonie, il se débarrassa de

son pardessus, qu'il donna à Berthe, et de son chapeau, que lui prit Léonie.

Alors il s'approcha de la cheminée où, sur des vieux landiers en fer ouvragé, brûlaient de belles bûches de
charme avec une longue flamme blanche.

- Brrr, il ne fait pas chaud, dit-il en passant ses deux mains largement ouvertes devant la flamme.

Sa mère et sa femme le regardaient avec une égale anxiété, tâchant de lire sur son visage ce qu'elles
n'osaient pas lui demander franchement; ce visage épanoui, ces yeux souriants ne trahissaient aucun

tourment.

Tout à coup, il se redressa vivement; déboutonnant sa jaquette, il fouilla dans sa poche de côté et en tira
cinq liasses de billets de banque qu'il tendit à sa femme:

- Serre donc cela, dit-il.

La Maman laissa échapper un soupir de soulagement; madame Adeline ne dit rien, mais à
l'empressement avec lequel elle prit les billets et à la façon dont elle les pressa entre ses doigts nerveux,

on pouvait deviner son émotion et son sentiment de délivrance.

< page précédente | 17 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.