bibliotheq.net - littérature française
 

Hector Malot - Baccara

En effet, le hasard de l'entretien, et aussi la confusion, l'embarras, la préoccupation d'amoindrir la force
du coup qu'il allait porter à sa femme, avaient changé la marche qu'Adeline voulait suivre: c'était

vingt-cinq mille francs ajoutés aux trente-cinq mille mis de côté sur son gain qu'il lui fallait.

- Tu sais les trente-cinq mille francs de la faillite Beaujour?

- Ils ne provenaient pas de la faillite Beaujour.

- Qui t'a dit?... s'écria-t-il.

- Tu les avais gagnés au jeu.

Il la regarda interdit.

- Est-ce que tu sais mentir? Crois-tu qu'on peut vivre pendant vingt-six ans unis de coeur et de pensées
sans se connaître et sans lire l'un dans l'autre? Quand tu m'as parlé de ces trente-cinq mille francs, j'ai

bien vu d'où ils venaient. Et c'est là ce qui, depuis, a fait mon tourment; puisque tu avais joué, tu pouvais

jouer encore; je tremblais; que de fois j'ai voulu te le dire, et puis j'attendais pour te laisser commencer.

J'étais si bien certaine que ces trente-cinq mille francs provenaient du jeu, et que tu me les redemanderais

un jour, que je n'ai jamais voulu les employer; ils sont à ta disposition, il n'y a qu'à les prendre.

Il la serra dans ses bras.

- Nous aurions toujours été heureux que je ne te connaîtrais pas! s'écria-t-il avec effusion.

- C'est donc soixante mille francs que tu dois? interrompit-elle.

- Oui.

- Eh bien, je trouve comme un soulagement à le savoir; j'ai l'esprit ainsi fait d'aller toujours au pire; J'ai
craint plus que ça bien souvent; j'ai vu tout perdu. Que de fois je me suis réveillée ruinée, dans la rue,

sans rien; tu vois ce qu'a été ma vie depuis que ces trente-cinq mille francs maudits me sont arrivés; et

puis si tu te décides à payer ces soixante mille francs, c'est que tu renonces, n'est-ce pas, à les rattraper

par le jeu?

- Ce n'est pas seulement à les rattraper que je renonce, c'est aussi à la présidence du cercle.

- Ah! Constant! s'écria-t-elle.

- Comme c'est à la caisse que je dois cette somme, je ne peux pas me retirer sans la payer; aussitôt que
j'aurai payé, je donnerai ma démission.

- Tu la payeras dès demain! s'écria-t-elle, ce n'est pas acheter notre repos trop cher. Tout de suite ouvrant
la caisse, elle chercha dans son portefeuille les valeurs avec lesquelles elle pouvait faire ces vingt-cinq

mille francs.

- Nous nous en tirons encore à peu près, dit-elle; tout pouvait y rester.

- Même l'honneur.

Et il lui raconta comment il s'était résolu à donner sa démission.

XV

< page précédente | 135 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.