bibliotheq.net - littérature française
 

Hector Malot - Baccara

- Vous trichez avec ces cartes - il présenta les cartes - que vous remet le garçon de jeu, à qui vous donnez
mille francs.

Le prince hésita un moment en jetant autour de lui des regards féroces; puis tout à coup, laissant tomber
sa tête sur sa poitrine, les jambes flageolantes, comme s'il allait défaillir:

- Messieurs, ne me perdez pas... pour l'honneur de mon nom... un moment d'égarement, je vous
expliquerai.

- Vous n'avez rien à expliquer, dit Dantin, vous avez à prendre demain matin le train de sept heures trente
pour Cologne, et à ne jamais revenir en France.

- C'est impossible demain; la princesse...

- La princesse vous rejoindra. - Cologne, ou la police correctionnelle.

- Je partirai.

Le lendemain, à sept heures quinze, Dantin, de surveillance à la gare du Nord, vit le prince en costume de
voyage et sans lunettes descendre de voiture et se diriger vers le guichet. Il le suivit de loin, mais en se

tenant en dehors des barrières au lieu de passer dedans et en détournant la tête pour que le prince ne le

reconnût pas.

- Compiègne, demanda le prince en posant un billet de banque sur la tablette du guichet.

Dantin lui prit le bras:

- Compiègne est en France; c'est Cologne que vous voulez dire?

- Cologne.

XIV

Quand le prince de Heinick fut en route pour Cologne, Adeline put enfin s'expliquer avec Frédéric et lui
demander l'expulsion du croupier Julien et du garçon de jeu qui changeait si bien la monnaie, - ce qu'il fit

franchement, sévèrement.

Aux premiers mots, l'émoi de Frédéric fut vif: un agent au cercle! qu'avait-il vu? qu'avait-il dit? que
savait le président?

Aussi écoutait-il sans interrompre une seule fois; avant de se lancer, il fallait être renseigné.

Ce fut seulement quand Adeline fut arrivé au bout de son réquisitoire qu'il prit la parole - d'un air
consterné, et aussi outragé.

- D'abord je dois vous dire qu'avant une heure Julien et Théodore seront chassés du cercle; ce sont des
misérables qui méritent d'autant moins de pitié que nous avions plus de confiance en eux; j'avoue que de

ce côté je suis en faute; j'ai péché par trop de confiance précisément; je ne les ai point surveillés avec les

yeux du soupçon; je suis dans mon tort, je le reconnais.

Il avait débité ce petit couplet la tête basse, humblement; mais il la releva et reprit sa fierté, son air
Mussidan:

< page précédente | 131 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.