bibliotheq.net - littérature française
 

Hector Malot - Baccara

- Ainsi vous ne m'avez pas vu, dit Dantin, et vous ne m'avez pas davantage entendu.

- Pas du tout.

- Comme vous le savez, c'est là la grande difficulté du filage, l'oreille perçoit ce qui échappe aux yeux;
heureusement, j'ai travaillé une heure ce matin, car, pour filer il faut faire ses gammes comme le

musicien; si je restais un jour sans travailler, vous ne m'entendriez peut-être pas, mais moi je

m'entendrais. Maintenant, comme je n'ai pas de prétention au rôle de sorcier, au contraire, regardez ces

cartes; pendant que j'occupais votre attention en vous disant qu'elles étaient mauvaises, je les ai marquées

de quelques coups d'ongles, à peine perceptibles pour l'oeil, mais sensibles pour mes doigts. Puis, au lieu

de battre les cartes comme tout le monde, j'ai fait ce qu'on appelle la salade; et je vous ai donné à

couper; mais, au moyen de cette carte légèrement bombée, j'ai fait un petit pont, dans lequel vous

avez coupé. Et voilà. Quant au filage, c'est affaire de travail, d'habitude et d'adresse.

XI

À neuf heures, Dantin arriva au Grand I, et par un valet de pied fit passer son nom au président,
qui à ce moment causait avec son gérant.

- Dantin, fit Adeline avec un mouvement de surprise assez bien joué, faites-le monter.

Puis s'adressant à Frédéric:

- Un ami de Nantes.

Vivement il alla au-devant de cet ami, qui, présenté de cette façon, devait passer inaperçu, ou tout au
moins ne provoquer aucune curiosité: ce n'était point le premier provincial d'Elbeuf, de Rouen ou

d'ailleurs à qui Adeline faisait les honneurs de son cercle: le malheur était que ces provinciaux, peu

intelligents, se laissaient rarement séduire par les charmes du baccara, ou, s'ils se risquaient quelquefois à

ponter un louis au tableau de droite ou de gauche, ils allaient rarement plus loin quand ils l'avaient perdu:

les louis n'ayant pas du tout la même valeur à Elbeuf ou à Rouen qu'à Paris.

À cette heure, il n'y avait presque personne au cercle: quelques vieux bien sages qui jouaient
tranquillement au whist ou à l'écarté; mais le baccara chômait; si Dantin était venu si tôt, c'est qu'il

voulait passer l'inspection des lieux avant celle des joueurs.

Ce fut ce qu'il fit avec Adeline en jouant le provincial à la perfection, c'est-à-dire avec une discrétion qui
n'allait pas jusqu'aux gros effets du paysan, mais en homme de sa tenue qui, pour la première fois,

pénètre dans un cercle parisien et naturellement regarde autour de lui avec curiosité, parce que ce qu'il

voit l'amuse et aussi le surprend un peu.

Cependant, il fallait passer le temps, la promenade dans les salons ne pouvait se recommencer
indéfiniment, et, d'autre part, deux amis qui se retrouvent après une longue séparation ne peuvent pas se

mettre à lire les journaux en face l'un de l'autre.

- Verriez-vous un inconvénient à ce que nous fissions quelques carambolages? demanda Dantin; il
importe de gagner l'heure sans provoquer l'attention.

Adeline eut un mouvement d'hésitation, mais il fut court.

- Après tout! se dit-il.

< page précédente | 117 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.