bibliotheq.net - littérature française
 

Hector Malot - Anie

- J'avoue qu'à l'Hercule Farnèse je préfère l'Apollon du Belvédère, et surtout le Narcisse, dit Anie.

Tout cela étonnait madame Barincq, et ne répondait pas à ses préoccupations de mère, elle voulut donc
préciser ses questions.

- Voilà un genre de vie qui doit coûter assez cher? dit-elle.

- Je n'en sais rien, mais certainement il n'est pas ruineux comme une écurie de course, ou le jeu; en tout
cas, je crois que la fortune de d'Arjuzanx peut lui permettre ces fantaisies, et alors même qu'elles lui

coûteraient cher, même très cher, cela ne serait pas pour l'arrêter, car il n'a aucun souci des choses

d'argent.

Volontiers madame Barincq eût parlé du baron pendant tout le dîner, de son caractère, de ses relations, de
sa fortune, de son passé, de son avenir; mais Anie détourna la conversation, et sut la maintenir sur des

sujets qui ne permettaient pas de revenir à M. d'Arjuzanx, et de laisser supposer au capitaine qu'elle

s'intéressait à cette sorte d'enquête sur le compte d'un homme avec qui elle s'était rencontrée une fois.

L'obsession du mariage l'avait trop longtemps tourmentée pour qu'elle n'éprouvât pas un sentiment de
délivrance à en être enfin débarrassée. Ç'avait été l'humiliation de ses années de jeunesse, de discuter

avec sa mère la question de savoir si tel homme qu'elle avait vu ou devait voir pouvait faire un mari; si

elle lui avait plu; s'il était acceptable; les avantages qu'il offrait ou n'offrait point. Maintenant que la

fortune lui donnait la liberté, elle ne voulait plus de ces marchandages. Qu'un mari se présentât, elle

verrait si elle l'acceptait. Mais aller au devant de lui, c'était ce qu'elle ne voulait pas.

Et le soir même, après le départ du capitaine, elle s'expliqua là-dessus avec sa mère très franchement.

- Est-ce que bien souvent je n'ai pas pris des renseignements sur un jeune homme sans que tu t'en fâches?
dit celle-ci surprise.

- Les temps sont changés. C'est précisément parce que cela s'est fait que je ne veux plus que cela se fasse.
Est-ce que le meilleur de la fortune n'est pas précisément de nous dégager des compromis de la misère?

riche d'argent, laisse-moi l'être de dignité.

Mais ces observations n'empêchèrent pas madame Barincq de persister dans son envie d'aller le
dimanche aux courses d'Habas.

- Rencontrer M. d'Arjuzanx n'est pas le chercher, et nous n'avons pas de raison pour le fuir.

- Pourvu qu'on ne s'imagine pas que je suis une fille en peine de maris, c'est tout ce que je demande, et
cela, je me charge de le faire comprendre sans qu'on puisse se tromper sur mes intentions.

IV

Habas, qui n'est qu'un village des Landes, a cependant des courses très suivies, et, le dimanche de juillet
où elles ont lieu, c'est sur les routes qui aboutissent à son clocher une procession de voitures dans

laquelle se trouvent représentés tous les genres de véhicules en usage dans la contrée; le long des haies

vertes festonnées de ronces et de clématites, sous le couvert des châtaigniers, les piétons se suivent à la

file, les pieds chaussés d'espadrilles neuves, le béret rabattu sur les yeux en visière, le ventre serré dans

une belle ceinture rouge ou bleue; et si quelques femmes sont fières d'être coiffées du chapeau de paille à

la mode de Paris, d'autres portent toujours le foulard de soie aux couleurs éclatantes qui donne l'accent du

pays.

< page précédente | 76 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.