bibliotheq.net - littérature française
 

Hector Malot - Anie

Heureusement au cimetière, c'est-à-dire au moment où il fallait se décider, Rébénacq lui vint en aide:

- Comme la présence du capitaine à votre table serait gênante pour vous, autant que pour lui peut-être,
veux-tu que je l'emmène à la maison? Cela vous tirera d'embarras.

C'était «nous tirera d'embarras» que le notaire aurait dit dire, car sa position au milieu de ces héritiers
possibles était délicate pour lui aussi.

Si l'amitié, de même qu'un sentiment de justice, lui faisaient souhaiter que l'héritage de Gaston revint à
son ancien camarade, d'autre part les intérêts de son étude voulaient que ce fût au capitaine. Héritier de

son frère, Barincq conserverait sans aucun doute le château et ses terres pour les transmettre plus tard à

sa fille comme bien de famille. Au contraire, le capitaine qui n'aurait pas des raisons de cet ordre pour

garder le château, et qui même en aurait d'excellentes pour vouloir s'en débarrasser, le vendrait, et cela

entraînerait une série d'actes fructueux qui, au moment où il pensait à se retirer des affaires, grossirait

bien à propos les produits de son étude. Dans ces conditions, il importait donc de manoeuvrer assez

adroitement entre celui qui pouvait être l'héritier et celui qui avait tant de chances pour être légataire, de

façon à conserver des relations aussi bonnes avec l'un qu'avec l'autre; de là son idée d'invitation qui d'une

pierre faisait deux coups: il rendait service à Barincq dans une circonstance délicate; et en même temps il

montrait de la politesse et de la prévenance envers le Capitaine, qui certainement, devait être blessé de

l'accueil qu'il avait trouvé auprès de la famille.

XI

Ce fut seulement à une heure avancée de l'après-midi que les derniers invités quittèrent le château; et les
cousins ne partirent pas sans échanger avec Barincq de longues poignées de main accompagnées de

souhaits chaleureux:

- Nous sommes avec toi.

- Compte sur nous.

- Jamais je n'admettrai que Gaston ait pu t'enlever un héritage qui t'appartient à tant de titres.

- C'est au moment de la mort qu'on répare les faiblesses de sa vie.

- Si Gaston a pu à une certaine heure faire le testament dont parle Rébénacq, certainement il l'a détruit.

- C'est pour cela et non pour autre chose qu'il l'a repris.

- A la levée des scellés ne manque pas de nous envoyer des dépêches.

- Tu nous amèneras ta fille.

- Nous la marierons dans le pays.

Enfin il fut libre de s'occuper des siens et d'écrire à sa femme une lettre pour compléter son télégramme
du matin, dans lequel il avait pu dire seulement qu'il était retenu au château par des affaires importantes.

Dans sa lettre il expliqua ce qu'était cette affaire importante, et, sans répéter les espérances de ses

cousins, il dit au moins les suppositions de Rébénacq; un fait était certain: pour le moment il n'y avait pas

de testament; l'inventaire en ferait-il trouver un? c'était ce que personne ne pouvait affirmer ni même

prévoir en s'appuyant sur de sérieuses probabilités; pour lui, il n'avait pas d'opinion, il ne concluait pas;

< page précédente | 52 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.