bibliotheq.net - littérature française
 

Hector Malot - Anie

d'une certaine somme, je suis à ta disposition.

- Je te remercie.

- Ne te gêne pas; cela peut être facilement imputé au compte de la succession.

- Je suis touché de ta proposition, mon cher Rébénacq, mais j'espère n'avoir pas à te mettre à
contribution.

- En tout cas, tu ne refuseras pas de prendre une tasse de café au lait avec moi; après une nuit passée en
chemin de fer, tu es venu à pied de Puyoo, pense que la cérémonie se prolongera tard.

La tasse de café acceptée, le notaire voulut que le petit clerc portât la valise de son ancien camarade.

- Si je ne t'accompagne pas, dit-il, c'est que je pense que je serais importun; l'expérience m'a appris
malheureusement qu'à vouloir distraire notre chagrin, le plus souvent on l'exaspère. A bientôt.

X

Un peu après dix heures on vint prévenir Barincq que les invités commençaient à arriver, et il dut
descendre au rez-de-chaussée.

Il avait eu le temps de s'habiller, et, quand il entra dans le grand salon, ce n'était plus le dessinateur de
l'Office cosmopolitain ployé et déprimé par vingt années d'un dur travail; sa taille s'était

redressée, sa tête levée, et, si son visage portait dans l'obliquité des sourcils et l'abaissement des coins de

la bouche l'empreinte d'une douleur sincère, cette douleur même l'avait ennobli: plus de soucis

immédiats, plus d'inquiétudes agaçantes, mais des préoccupations plus hautes, plus dignes.

C'étaient des parents qui l'attendaient, des cousins du pays basque et du Béarn, les uns de Mauléon et de
Saint-Palais portant le nom de Barincq; les autres les Pédebidou d'Orthez. Autrefois ses camarades

d'enfance, ses amis de jeunesse, ils ne l'avaient pas vu depuis vingt-cinq ou trente ans; mais ils

connaissaient l'histoire de sa vie et de ses luttes; aussi, quand ils avaient appris par les domestiques sa

présence au château, n'avaient-ils pas été sans éprouver une certaine inquiétude aussi bien dans leur fierté

de personnages considérés que dans leur prudence provinciale de gens intéressés, ce qu'ils étaient tous les

uns et les autres.

- Avait-il seulement des souliers aux pieds, le pauvre diable?

- Et, d'autre part, à quelles demandes d'argent n'allaient-ils pas être exposés?

Les plaintes si souvent répétées de Gaston pendant ces vingt dernières années n'étaient pas oubliées; et,
en se rappelant comme il avait été exploité par son frère, on s'était invité, réciproquement, à se tenir sur la

réserve et la défensive: cousin, on l'était, sans doute; mais c'est une parenté assez éloignée pour qu'elle ne

crée, Dieu merci, ni devoirs ni liens.

Il y eut de la surprise quand on le vit entrer dans le salon les pieds chaussés comme tout le monde et non
de bottes éculées de Robert Macaire. A la vérité les volets ne laissaient pénétrer qu'une clarté douteuse,

mais celle qui tombait des impostes suffisait cependant pour montrer que son habit n'était pas honteux, et

qu'il portait des gants avouables. Alors un changement de sentiments se produisit instantanément; et

toutes les mains se tendirent pour serrer les siennes.

- Comment vas-tu?

< page précédente | 48 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.