bibliotheq.net - littérature française
 

Hector Malot - Anie

chercha-t-il tout de suite le Gave qui, en un long ruban blanc courant entre la verdure de ses rives,
l'amenait à la maison paternelle: isolée au milieu du parc, il la retrouva telle qu'elle s'était si souvent

dressée devant lui en ses mauvais jours, quand il pensait à elle instinctivement comme à un refuge, avec

ses combles aux ardoises jaunies, ses hautes cheminées et sa longue façade blanche, coupée de chaînes

rouges, mais aussi avec un changement qui lui serra le coeur; au lieu d'apercevoir toutes les persiennes

ouvertes, il les vit toutes fermées, faisant à chaque étage des taches grises qui se répétaient d'une façon

sinistre. Personne non plus au travail, ni dans les jardins, ni dans le parc, ni devant les écuries, les

remises, les étables; pas de bêtes au pâturage dans les prairies, le long du Gave, ou dans les champs;

certainement la roue de la pêcherie de saumon qui détachait sa grande carcasse noire sur la pâle verdure

des saules ne tournait plus; partout le vide, le silence, et dans la vaste chambre du premier étage, celle où

il était né, celle où son père était mort, son frère dormant son dernier sommeil.

Cette évocation qui le lui montrait comme si, par les persiennes ouvertes, il l'eût vu rigide sur son lit,
l'étouffa, et tout se brouilla devant ses yeux pleins de larmes.

IX

En entendant huit heures sonner à l'horloge de l'église lorsqu'il arrivait aux premières maisons du village,
l'idée lui vint de passer d'abord chez le notaire Rébénacq; c'était un camarade de collège avec qui il

causerait librement. Si Gaston avait fait un testament en faveur de son fils naturel, Rébénacq devait le

savoir, et pouvait maintenant sans doute en faire connaître les dispositions.

Le caractère de son frère, porté à la rancune, d'autre part l'affection et les soins qu'il avait toujours eus
pour ce jeune homme, tout donnait à croire que ce testament existait, mais enfin ce n'était pas une illusion

d'héritier de s'imaginer que, tout en instituant son fils son légataire universel, il avait pu, il avait dû laisser

quelque chose à Anie. En réalité, ce n'était point d'une fortune gagnée par son industrie personnelle et

que son travail avait faite sienne, que Gaston jouissait et dont il pouvait disposer librement, sans devoir

compte de ses intentions à personne, c'était une fortune patrimoniale, acquise par héritage, sur laquelle,

par conséquent, ses héritiers naturels avaient certains droits, sinon légaux, au moins moraux. Or, Gaston

avait un héritier légitime, qui était son frère, et s'il pouvait déshériter ce frère, ainsi que la loi le lui

permettait, les raisons ne manquaient pas pour appuyer sa volonté et même la justifier: rancune, hostilité,

persuasion que son legs, s'il en faisait un, serait gaspillé; mais aucune de ces raisons n'existait pour Anie,

qui ne lui avait rien fait, contre laquelle il n'avait pas de griefs, et qui était sa nièce. Dans ces conditions,

il semblait donc difficile d'imaginer qu'elle ne figurât pas sur ce testament pour une somme quelconque;

si minime que fût cette somme, ce serait la fortune, et, mieux que la fortune, le moyen d'échapper aux

mariages misérables auxquels elle s'était résignée.

Deux minutes après, il s'arrêtait devant les panonceaux rouillés qui, sur la place, servaient d'enseigne au
notariat, et dans l'étude où il entrait il trouvait un petit clerc en train de la balayer.

- C'est à M. Rébénacq que vous voulez parler? dit le gamin.

- Oui, mon garçon.

- Je vas le chercher.

Presque aussitôt le notaire arriva, mais au premier abord il ne reconnut pas son ancien camarade.

- Monsieur...

< page précédente | 40 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.