bibliotheq.net - littérature française
 

Hector Malot - Anie

Lorsqu'au bout de huit jours elle avait quitté le château pour rentrer à Paris, la rupture entre les deux
frères était irréparable.

Les procès se prolongèrent pendant dix-huit mois encore, au bout desquels un arrêt définitif prononçait la
nullité des brevets; mais il était trop tard. Barincq, épuisé, n'avait plus qu'à abandonner à ses créanciers le

peu qu'il lui restait, et s'il échappait à la mise en faillite, c'était grâce à la généreuse intervention de

Sauval.

Un ami le recueillit par pitié dans la petite maison de l'Abreuvoir, et le directeur de l'Office
cosmopolitain des inventeurs
, qui avait gagné tant d'argent avec lui, le prenait comme dessinateur
aux appointements de deux cents francs par mois.

VIII

A six heures du matin le train déposa Barincq à la gare de Puyoo; de là à Ourteau, il avait deux lieues à
faire à travers champs. Autrefois, une voiture se trouvait toujours à son arrivée, et, par la grande route

plus longue de trois ou quatre kilomètres, le conduisait au château; mais il n'avait pas voulu demander

cette voiture par une dépêche, et l'état de sa bourse ne lui permettait pas d'en prendre une à la gare.

D'ailleurs, cette course de deux lieues ne l'effrayait pas plus que le chemin de traverse qu'il connaissait

bien; le temps était doux, le soleil venait de se lever dans un ciel serein; après une nuit passée dans

l'immobilité d'un wagon, ce serait une bonne promenade; sa valise à la main, il se mit en route d'un pas

allègre.

Mais il ne continua pas longtemps cette allure, et sur le pont il s'arrêta pour regarder le Gave, grossi par
la première fonte des neiges, rouler entre ses rives verdoyantes ses eaux froides qui fumaient par places

sous les rayons obliques du soleil levant et pour écouter leur fracas torrentueux. Il venait de quitter les

lilas de son jardin à peine bourgeonnants et il trouvait les osiers, les saules, les peupliers en pleine

éclosion de feuilles, faisant au Gave une bordure vaporeuse au-dessus de laquelle s'élevaient les tours

croulantes du vieux château de Bellocq. Que cela était frais, joli, gracieux, et, pour lui, troublant par

l'évocation des souvenirs! Mais ce qui, tout autant que le bruit des eaux bouillantes, le bleu du ciel, la

verdure des arbres, réveilla instantanément en lui les impressions de ses années de jeunesse, ce fut la vue

d'un char qui arrivait à l'autre bout du pont: formé d'un tronc de sapin dont l'écorce n'avait même pas été

enlevée, il était posé sur quatre roues avec des claies de coudrier pour ridelles; deux boeufs au pelage

bringé, habillés de toile, encapuchonnés d'une résille bleue, le traînaient d'un pas lent, et devant eux

marchait leur conducteur, la veste jetée sur l'épaule, une ceinture rouge serrée à la taille, les espadrilles

aux pieds, un long aiguillon à la main; pour s'abriter du soleil il avait tiré en avant son béret qui formait

ainsi visière au-dessus de ses yeux brillants dans son visage rasé de frais.

Que de fois avait-il ainsi marché devant ces attelages de boeufs, l'aiguillon à la main, à la grande
indignation de son frère qui, n'aimant que la chasse, la pêche et les chevaux, l'accusait d'être un paysan!

Après un bonjour échangé, il se remit en marche, et, au lieu de continuer la grande route, prit le vieux
chemin qui montait droit à la colline.

Pour être géographiquement dans le midi et même dans l'extrême midi de la France, il n'en résulte pas
que le Béarn soit roussi ou pelé, c'est au contraire le pays du vert, et d'un vert si frais, si intense, qu'en

certains endroits on pourrait se croire en Normandie, n'était la chaleur du soleil, le bleu du ciel, la

sérénité, la limpidité, la douceur de l'atmosphère; l'Océan est près, les Pyrénées sont hautes, et, tandis que

la montagne le défend des vents desséchants du sud, la mer lui envoie ses nuages qui, tombant sur une

< page précédente | 38 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.