bibliotheq.net - littérature française
 

Hector Malot - Anie

C'était la première fois qu'il parlait de ses parents, et elle n'avait pas remarqué qu'il fût le moins du
monde préoccupé, elle le regarda donc avec un peu d'étonnement.

Il reprit:

- Mon père en est à sa seconde attaque, et ma mère est tombée dans une faiblesse extrême. Je crains de
les perdre d'un instant à l'autre. Voulez-vous que nous fassions encore un tour?

Il dura peu, ce tour, et la conversation recommença au point où elle avait été interrompue:

- Cela amènera de grands changements dans ma vie, car ce n'est pas systématiquement que j'ai, jusqu'à ce
moment, refusé de me marier; comment prendre une femme quand on n'a pas une position digne d'elle à

lui offrir? Sans être riches, mes parents sont à leur aise, et si je les perds, comme tout le fait craindre, je

pourrai réaliser un rêve de bonheur que je caresse depuis longtemps.

Et, la ramenant dans le salon, il ajouta:

- Ils avaient toujours joui d'une bonne santé qu'ils m'ont transmise.

Est-ce que c'était là une esquisse de demande en mariage? Mais alors les paroles bizarres de René Florent
en seraient une autre!

Son père joua l'introduction d'une valse, et le jeune homme à qui elle l'avait promise lui offrit le bras.

C'était la première fois qu'il venait rue de l'Abreuvoir, et ç'avait été un souci pour Mme Barincq et aussi
pour Anie de savoir s'il accepterait leur invitation, car on en avait fait un personnage parce qu'il figurait

dans le Tout-Paris avec la qualité d'homme de lettres et une série de signes qui signifiaient qu'il

était officier de l'instruction publique et chevalier de quatre ordres étrangers. En réalité il n'avait jamais

publié le moindre volume, et ses croix avaient été gagnées, comme il le disait lui-même en ses jours de

modestie, «par relations», c'est-à-dire pour avoir conduit chez des photographes des personnages

exotiques en vue qui le remerciaient de sa peine par la décoration de leur pays, tandis que de son côté le

photographe lui payait son courtage un louis ou cent francs selon la qualité du sujet.

Lui aussi, après quelques tours de valse dans le salon, amena Anie dans le hall, qui décidément était le
lieu des confidences; et là, s'arrêtant, il lui dit brusquement sans aucune préparation, d'une voix que la

valse rendait haletante:

- Est-ce que vous aimez la vie politique, mademoiselle? Aux prochaines élections j'aurai juste l'âge pour
être député, et comme le ministre de l'intérieur, qui est mon cousin, m'a promis l'appui du gouvernement,

je suis sûr d'être nommé. Député je deviendrai bien vite ministre. La femme d'un ministre compte dans le

monde, et quand elle est belle, intelligente, distinguée, elle tient un rang qu'on envie. Nous continuons,

n'est-ce pas?

Et sans un mot de plus ils retournèrent dans le salon en valsant.

Ce qui tout d'abord était vague et incompréhensible se précisait maintenant, et s'expliquait: on la croyait
l'héritière de son oncle, et l'on prenait rang pour épouser cet héritage.

Quand la vérité serait connue, que deviendraient ces prétendants si empressés aujourd'hui? son mariage,
déjà si difficile, n'en serait rendu que plus difficile encore: on ne se remet pas d'une si lourde déception.

V

< page précédente | 25 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.