bibliotheq.net - littérature française
 

Hector Malot - Anie

IX
X
XI
XII
FIN
NOTICE SUR «ANIE»

 

PREMIÈRE PARTIE

I

Au balcon d'une maison du boulevard Bonne-Nouvelle, en hautes et larges lettres dorées, on lit:
Office cosmopolitain des inventeurs
; et sur deux écussons en cuivre appliqués contre la porte qui, au
premier étage de cette maison, donne entrée dans les bureaux, cette enseigne se trouve répétée avec

l'énumération des affaires que traite l'office: «Obtention et vente de brevets d'invention en France et à

l'étranger; attaque et défense des brevets en tous pays; recherches d'antériorités; dessins industriels; le

Cosmopolitain, journal hebdomadaire illustré: M. Chaberton, directeur.»

Qu'on tourne le bouton de cette porte, ainsi qu'une inscription invite à le faire, et l'on est dans une vaste
pièce partagée par cages grillées, que divise un couloir central conduisant au cabinet du directeur; un

tapis en caoutchouc (B.S.G.D.G.) va d'un bout à l'autre de ce couloir, et par son amincissement il dit,

sans qu'il soit besoin d'autres indications, que nombreux sont ceux qui, happés par les engrenages du

brevet d'invention, engagés dans ses laminoirs, passent et repassent par ce chemin de douleurs, sans

pouvoir s'en échapper, et reviennent là chaque jour jusqu'à ce qu'ils soient hachés, broyés, réduits en pâte

et qu'on ait exprimé d'eux, au moyen de traitements perfectionnés, tout ce qui a une valeur quelconque,

argent ou idée. Tant qu'il lui reste un souffle la victime crie, se débat, lutte, et aux guichets des cages

derrière lesquels les employés se tiennent impassibles, ce sont des explications, des supplications ou des

reproches qui n'en finissent pas; puis l'épuisement arrive; mais celle qui disparaît est remplacée par une

autre qui subit les mêmes épreuves avec les mêmes plaintes, les mêmes souffrances, la même fin, et

celle-là par d'autres encore.

En général les clients du matin n'appartiennent pas à la même catégorie que ceux du milieu de la journée
ou du soir.

A la première heure, souvent avant que Barnabé, le garçon de bureau, ait ouvert la porte et fait le
ménage, arrivent les fiévreux, les inquiets, ceux que l'engrenage a déjà saisis et ne lâchera plus; de la

période des grandes espérances ils sont entrés dans celle des difficultés et des procès; ils apportent des

renseignements décisifs pour leur affaire qui dure depuis des mois, des années, et va faire un grand pas ce

jour-là; ou bien c'est une nouvelle provision pour laquelle ils sont en retard et qu'ils ont pu enfin se

procurer le matin même par un dernier sacrifice; et, en attendant l'arrivée des employés ou du directeur,

ils content leurs douleurs et leurs angoisses à Barnabé qui les enveloppe de flots de poussière soulevés

par son balai.

< page précédente | 2 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.