bibliotheq.net - littérature française
 

Hector Malot - Anie

- Tiens, dit-elle, tu te décides à lire ces papiers?

Mais elle n'avait pas achevé sa question, qu'elle s'arrêta stupéfaite de la physionomie qu'elle avait devant
elle.

- Qu'as-tu? Mon Dieu, qu'as-tu? demanda-t-elle

- Voilà ce que je viens de trouver, lis.

Il lui tendit la feuille.

- Mais c'est le testament de mon oncle Gaston! s'écria-t-elle, dès les premières lignes.

- Lis, lis.

Elle alla jusqu'au bout; alors le regardant:

- Que vas-tu faire? demanda-t-elle d'une voix qui tremblait.

- Mais que veux-tu que je fasse? répondit-il. Imagines-tu que je vais m'armer de ce testament pour
troubler ton père, si heureux d'être le propriétaire d'Ourteau? Pour qui travaille-t-il? Pour nous. A qui

donne-t-il ses revenus? A nous. Non, non, ce testament, que je ne suis pas fâché d'avoir d'ailleurs, par un

sentiment de reconnaissance envers M. de Saint-Christeau, ne sortira jamais de ce tiroir, dans lequel je

vais l'enfermer, et ton père ignorera toujours qu'il existe.

Elle lui jeta les bras autour du cou, et l'embrassa nerveusement, avec un flot de larmes.

- Mais que pensais-tu donc de moi? dit-il.

- C'est de fierté que je pleure.

IV

De temps en temps, Sixte parlait de d'Arjuzanx à sa femme: ou bien, il avait reçu sa visite, ou bien ils
s'étaient rencontrés par hasard; en tout cas, au grand ennui d'Anie, les relations continuaient entre eux, et

rien n'annonçait qu'elles dussent finir.

Un jour, il lui annonça d'un air assez embarrassé que d'Arjuzanx, qui venait de louer une villa à Biarritz,
l'avait invité à pendre la crémaillère avec quelques amis: de la Vigne, Mesmin, Bertin.

- Tu as accepté?

- Je peux me dégager.

- Il ne faut pas te dégager.

- Si cela t'ennuie.

- C'est toujours un chagrin pour moi de ne pas t'avoir, mais je serais ridicule de vouloir te confisquer: on
ne me trouve déjà que trop accapareuse.

- Ne t'inquiète donc pas de ce qu'on trouve ou de ce qu'on ne trouve pas.

- Mais si; c'est mon devoir de m'en inquiéter: je ne dois pas te rendre heureux seulement par ma

< page précédente | 138 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.