bibliotheq.net - littérature française
 

Guy de Maupassant - Une vie

entendu qu'on lui faisait don de ce manoir, qu'elle habiterait toujours lorsqu'elle serait mariée.

Et la pluie, tombant sans répit depuis la veille au soir, était le premier gros chagrin de son existence.

Mais, au bout de trois minutes, elle sortit, en courant, de la chambre de sa mère, criant par toute la
maison : " Papa, papa ! maman veut bien ; fais atteler. "

Le déluge ne s'apaisait point ; on eût dit même qu'il redoublait quand la calèche s'avança devant la porte.

Jeanne était prête à monter en voiture lorsque la baronne descendit l'escalier, soutenue d'un côté par son
mari, et, de l'autre, par une grande fille de chambre forte et bien découplée comme un gars. C'était une

Normande du pays de Caux, qui paraissait au moins vingt ans, bien qu'elle en eût au plus dix-huit. On la

traitait dans la famille un peu comme une seconde fille, car elle avait été la soeur de lait de Jeanne. Elle

s'appelait Rosalie.

Sa principale fonction consistait d'ailleurs à guider les pas de sa maîtresse devenue énorme depuis
quelques années par suite d'une hypertrophie du coeur dont elle se plaignait sans cesse.

La baronne atteignit, en soufflant beaucoup, le perron du vieil hôtel, regarda la cour où l'eau ruisselait et
murmura : " Ce n'est vraiment pas raisonnable. "

Son mari, toujours souriant, répondit : " C'est vous qui l'avez voulu, madame Adélaïde. "

Comme elle portait ce nom pompeux d'Adélaïde, il le faisait toujours précéder de " madame " avec un
certain air de respect un peu moqueur.

Puis elle se remit en marche et monta péniblement dans la voiture dont tous les ressorts plièrent. Le
baron s'assit à son côté, Jeanne et Rosalie prirent place sur la banquette à reculons.

La cuisinière Ludivine apporta des masses de manteaux qu'on disposa sur les genoux, plus deux paniers
qu'on dissimula sous les jambes ; puis elle grimpa sur le siège à côté du père Simon, et s'enveloppa d'une

grande couverture qui la coiffait entièrement. Le concierge et sa femme vinrent saluer en fermant la

portière ; ils reçurent les dernières recommandations pour les malles qui devaient suivre dans une

charrette ; et on partit.

Le père Simon, le cocher, la tête baissée, le dos arrondi sous la pluie, disparaissait dans son carrick à
triple collet. La bourrasque gémissante battait les vitres, inondait la chaussée.

La berline, au grand trot des deux chevaux, dévala rondement sur le quai, longea la ligne des grands
navires dont les mâts, les vergues, les cordages se dressaient tristement dans le ciel ruisselant comme des

arbres dépouillés ; puis elle s'engagea sur le long boulevard du mont Riboudet.

Bientôt on traversa les prairies ; et de temps en temps un saule noyé, les branches tombantes avec un
abandonnement de cadavre, se dessinait gravement à travers un brouillard d'eau. Les fers des chevaux

clapotaient et les quatre roues faisaient des soleils de boue.

On se taisait ; les esprits eux-mêmes semblaient mouillés comme la terre. Petite mère se renversant
appuya sa tête et ferma les paupières. Le baron considérait d'un oeil morne les campagnes monotones et

trempées. Rosalie, un paquet sur les genoux, songeait de cette songerie animale des gens du peuple. Mais

Jeanne, sous ce ruissellement tiède, se sentait revivre ainsi qu'une plante enfermée qu'on vient de

remettre à l'air ; et l'épaisseur de sa joie, comme un feuillage, abritait son coeur de la tristesse. Bien

< page précédente | 3 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.