bibliotheq.net - littérature française
 

Guy de Maupassant - Une vie

Vers le dessert il eut une verve de curé en goguette, ce laisser-aller familier des fins de repas joyeuses.

Et tout à coup il s'écria comme si une idée heureuse lui eût traversé l'esprit : " Mais j'ai un nouveau
paroissien qu'il faut que je vous présente, M. le vicomte de Lamare ! "

La baronne qui connaissait sur le bout du doigt tout l'armorial de la province, demanda : " Est-il de la
famille de Lamare de l'Eure ? "

Le prêtre s'inclina : " Oui, madame, c'est le fils du vicomte Jean de Lamare, mort l'an dernier. " Alors,
Mme Adélaïde, qui aimait par-dessus tout la noblesse, posa une foule de questions, et apprit que, les

dettes du père payées, le jeune homme, ayant vendu son château de famille, s'était organisé un petit

pied-à-terre dans une des trois fermes qu'il possédait dans la commune d'Étouvent. Ces biens

représentaient en tout cinq à six mille livres de rente ; mais le vicomte était d'humeur économe et sage et

comptait vivre simplement pendant deux ou trois ans dans ce modeste pavillon afin d'amasser de quoi

faire bonne figure dans le monde pour se marier avec avantage sans contracter de dettes ou hypothéquer

ses fermes.

Le curé ajouta : " C'est un bien charmant garçon ; et si rangé, si paisible. Mais il ne s'amuse guère dans le
pays. "

Le baron dit : " Amenez-le chez nous, monsieur l'abbé, cela pourra le distraire de temps en temps. " Et on
parla d'autre chose.

Quand on passa dans le salon, après avoir pris le café, le prêtre demanda la permission de faire un tour
dans le jardin, ayant l'habitude d'un peu d'exercice après ses repas. Le baron l'accompagna. Ils se

promenaient lentement tout le long de la façade blanche du château pour revenir ensuite sur leurs pas.

Leurs ombres, l'une maigre, l'autre ronde et coiffée d'un champignon, allaient et venaient tantôt devant

eux, tantôt derrière eux, selon qu'ils marchaient vers la lune ou qu'ils lui tournaient le dos. Le curé

mâchonnait une sorte de cigarette qu'il avait tirée de sa poche. Il en expliqua l'utilité avec le franc-parler

des hommes de campagne : " C'est pour favoriser les renvois, parce que j'ai les digestions un peu lourdes.

"

Puis, soudain, regardant le ciel où voyageait l'astre clair, il prononça : " On ne se lasse jamais de ce
spectacle-là. "

Et il rentra prendre congé des dames.

3

Le dimanche suivant, la baronne et Jeanne allèrent à la messe, poussées par un délicat sentiment de
déférence pour leur curé.

Elles l'attendirent après l'office afin de l'inviter à déjeuner pour le jeudi. Il sortit de la sacristie avec un
grand jeune homme élégant qui lui donnait le bras familièrement. Dès qu'il aperçut les deux femmes, il

fit un geste de joyeuse surprise et s'écria : " Comme ça tombe ! Permettez-moi, madame la baronne et

mademoiselle Jeanne, de vous présenter votre voisin, M. le vicomte de Lamare. "

Le vicomte s'inclina, dit son désir ancien déjà de faire la connaissance de ces dames et se mit à causer
avec aisance, en homme comme il faut, ayant vécu. Il possédait une de ces figures heureuses dont rêvent

les femmes et qui sont désagréables à tous les hommes. Ses cheveux noirs et frisés ombraient son front

< page précédente | 14 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.