bibliotheq.net - littérature française
 

Guy de Maupassant - Monsieur Parent et autres histoires courtes

- De me demander cinq mille francs.

- Rien de plus naturel. Nous sommes étrangers l'un à l'autre, n'est-ce pas? Or vous me désirez. Vous ne
pouvez pas m'épouser puisque nous sommés mariés. Alors vous m'achetez, un peu moins peut-être

qu'une autre.

Or, réfléchissez. Cet argent, au lieu d'aller chez une gueuse qui en ferait je ne sais quoi, restera dans votre
maison, dans votre ménage. Et puis, pour un homme intelligent, est-il quelque chose de plus amusant, de

plus original que de se payer sa propre femme. On n'aime bien, en amour illégitime, que ce qui coûte

cher, très cher. Vous donnez à notre amour... légitime, un prix nouveau, une saveur de débauche, un

ragoût de... polissonnerie en le... tarifant comme un amour coté. Est-ce pas vrai?

Elle s'est levée presque nue et se dirige vers un cabinet de toilette.

- Maintenant, Monsieur, allez-vous-en, ou je sonne ma femme de chambre.

Le comte debout, perplexe, mécontent, la regarde, et, brusquement, lui jetant à la tête son
portefeuille:

- Tiens, gredine, en voilà six mille...Mais tu sais?...

La comtesse ramasse l'argent, le compte, et d'une voix lente:

- Quoi?

- Ne t'y accoutume pas.

Elle éclate de rire, et allant vers lui:

- Chaque mois, cinq mille, Monsieur, ou bien je vous renvoie à vos cocottes. Et même si...si vous êtes
content...je vous demanderai de l'augmentation.

PETIT SOLDAT

Chaque dimanche, sitôt qu'ils étaient libres, les deux petits soldats se mettaient en marche.

Ils tournaient à droite en sortant de la caserne, traversaient Courbevoie à grands pas rapides, comme s'ils
eussent fait une promenade militaire; puis, dès qu'ils avaient quitté les maisons, ils suivaient, d'une allure

plus calme, la grand'route poussiéreuse et nue qui mène à Bezons.

Ils étaient petits, maigres, perdus dans leur capote trop large, trop longue, dont les manches couvraient
leurs mains, gênés par la culotte rouge, trop vaste, qui les forçait à écarter les jambes pour aller vite. Et

sous le shako raide et haut, on ne voyait plus qu'un rien du tout de figure, deux pauvres figures creuses de

Bretons, naïves, d'une naïveté presque animale, avec des yeux bleus doux et calmes.

Ils ne parlaient jamais durant le trajet, allant devant eux, avec la même idée en tête, qui leur tenait lieu de
causerie, car ils avaient trouvé, à l'entrée du petit bois des Champioux, un endroit leur rappelant leur

pays, et ils ne se sentaient bien que là.

Au croisement des routes de Colombes et de Chatou, comme on arrivait sous les arbres, ils ôtaient leur
coiffure qui leur écrasait la tête, et ils s'essuyaient le front.

Ils s'arrêtaient toujours un peu sur le pont de Bezons pour regarder la Seine. Ils demeuraient là, deux ou

< page précédente | 92 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.