bibliotheq.net - littérature française
 

Guy de Maupassant - Monsieur Parent et autres histoires courtes

Nous avions remonté la longue avenue jusqu'à l'arc de triomphe de l'Étoile, puis nous étions redescendus
jusqu'à la place de la Concorde, car il avait énoncé tout cela lentement, en ajoutant encore beaucoup

d'autres choses dont je ne me souviens plus.

Il s'arrêta et, brusquement, tendant le bras vers le haut obélisque de granit, debout sur le pavé de Paris et
qui perdait, au milieu des étoiles, son long profil égyptien, monument exilé, portant au flanc l'histoire de

son pays écrite en signes étranges, mon ami s'écria:

- Tiens, nous sommes tous comme cette pierre.

Puis il me quitta sans ajouter un mot.

Était-il gris? Était-il fou? Était-il sage? Je ne le sais encore. Parfois il me semble qu'il avait raison;
parfois il me semble qu'il avait perdu l'esprit.

AU BORD DU LIT

Un grand feu flambait dans l'âtre. Sur la table japonaise, deux tasses à thé se faisaient face, tandis
que la théière fumait à côté contre le sucrier flanqué du carafon de rhum.

Le comte de Sallure jeta son chapeau, ses gants et sa fourrure sur une chaise, tandis que la comtesse,
débarrassée de sa sortie de bal, rajustait un peu ses cheveux devant la glace. Elle se souriait aimablement

à elle-même en tapotant, du bout de ses doigts fins et luisants de bagues, les cheveux frisés des tempes.

Puis elle se tourna vers son mari, il fa regardait depuis quelques secondes, et semblait hésiter comme si

une pensée intime l'eût Gêné. Enfin il dit
:

- Vous a-t-on assez fait la cour, ce soir?

Elle le considéra dans les yeux, le regard allumé d'une flamme de triomphe et de défi, et
répondit:

- Je l'espère bien!

Puis elle s'assit à sa place. Il se mit en face d'elle et reprit en cassant une brioche.

- C'en était presque ridicule... pour moi?

Elle demanda: - Est-ce une scène? avez-vous l'intention de me faire des reproches?

- Non, ma chère amie, je dis seulement que ce M. Burel a été presque inconvenant auprès de vous. Si...
si... si j'avais eu des droits... je me serais fâché.

- Mon cher ami, soyez franc. Vous ne pensez plus aujourd'hui comme vous pensiez l'an dernier, voilà
tout. Quand j'ai su que vous aviez une maîtresse, une maîtresse que vous aimiez, vous ne vous occupiez

guère si on me faisait ou si on ne me faisait pas la cour. Je vous ai dit mon chagrin, j'ai dit, comme vous

ce soir, mais avec plus de raison: Mon ami, vous compromettez madame de Servy, vous me faites de la

peine et vous me rendez ridicule. Qu'avez-vous répondu? Oh! vous m'avez parfaitement laissé entendre

que j'étais libre, que le mariage, entre gens intelligents, n'était qu'une association d'intérêts, un lien social,

mais non un lien moral. Est-ce vrai? Vous m'avez laissé comprendre que votre maîtresse était infiniment

mieux que moi, plus séduisante, plus femme! Vous avez dit: plus femme. Tout cela était entouré, bien

entendu, de ménagements d'homme bien élevé, enveloppé de compliments, énoncé avec une délicatesse à

laquelle je rends hommage. Je n'en ai pas moins parfaitement compris.

< page précédente | 87 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.