bibliotheq.net - littérature française
 

Guy de Maupassant - Monsieur Parent et autres histoires courtes

- Il n'y avait personne que cette dame qui avait mal au ventre. C'est donc que l'abbé est prestidigitateur,
comme Robert Houdin qui fait venir un bocal de poissons sous un tapis.

- Tais-toi, voyons. C'est le bon Dieu qui l'a envoyé.

- Mais où l'avait-il mis, le bon Dieu? Je n'ai rien vu, moi. Est-il entré par la portière, dis?

Madame de Bridoie, impatientée, répliqua: - Voyons, c'est fini, tais-toi. Il est venu sous un chou comme
tous les petits enfants. Tu le sais bien.

- Mais il n'y avait pas de chou dans le wagon?

Alors Gontran de Vaulacelles, qui écoutait avec un air sournois, sourit et dit:

- Si, il y avait un chou. Mais il n'y a que monsieur l'abbé qui l'a vu.

ÇA IRA

J'étais descendu à Barviller uniquement parce que j'avais lu dans un guide (je ne sais plus lequel): Beau
musée, deux Rubens, un Téniers, un Ribera.

Donc je pensais: Allons voir ça. Je dînerai à l'hôtel de l'Europe, que le guide affirme excellent, et je
repartirai le lendemain.

Le musée était fermé: on ne l'ouvre que sur la demande des voyageurs; il fut donc ouvert à ma requête, et
je pus contempler quelques croûtes attribuées par un conservateur fantaisiste aux premiers maîtres de la

peinture.

Puis je me trouvai tout seul, et n'ayant absolument rien à faire, dans une longue rue de petite ville
inconnue, bâtie au milieu de plaines interminables, je parcourus cette artère, j'examinai quelques

pauvres magasins; puis, comme il était quatre heures, je fus saisi par un de ces découragements qui

rendent fous les plus énergiques.

Que faire? Mon Dieu, que faire? J'aurais payé cinq cents francs l'idée d'une distraction quelconque! Me
trouvant à sec d'inventions, je me décidai, tout simplement, à fumer un bon cigare et je cherchai le bureau

de tabac. Je le reconnus bientôt à sa lanterne rouge, j'entrai. La marchande me tendit plusieurs boites au

choix; ayant regardé les cigares, que je jugeai détestables, je considérai, par hasard, la patronne.

C'était une femme de quarante-cinq ans environ, forte et grisonnante. Elle avait une figure grasse,
respectable, en qui il me sembla trouver quelque chose de familier. Pourtant je ne connaissais point cette

dame? Non, je ne la connaissais pas assurément? Mais ne se pouvait-il faire que je l'eusse rencontrée?

Oui, c'était possible! Ce visage-là devait être une connaissance de mon oeil, une vieille connaissance

perdue de vue, et changée, engraissée énormément sans doute?

Je murmurai:

- Excusez-moi, madame, de vous examiner ainsi, mais il me semble que je vous connais depuis
longtemps.

Elle répondit en rougissant:

- C'est drôle... Moi aussi.

< page précédente | 75 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.