bibliotheq.net - littérature française
 

Guy de Maupassant - Monsieur Parent et autres histoires courtes

tout de suite, pour y rester avec mon maître. Et il a acheté la maison pour lui faire plaisir.

Ils y sont demeurés tout l'été dernier, Monsieur, et presque tout l'hiver.

Et puis, voilà qu'un matin, à l'heure du déjeuner, Monsieur m'appelle: - Césarine, est-ce que Madame est
rentrée?

- Mais non, Monsieur.

On attendit toute la journée. Mon maître était comme un furieux. On chercha partout, on ne la trouva pas.
Elle était partie, Monsieur, on n'a jamais su où ni comment.

Oh! quelle joie m'envahit! J'avais envie d'embrasser la béguine, de la prendre par la taille et de la faire
danser dans le salon!

Ah! elle était partie, elle s'était sauvée, elle l'avait quitté fatiguée, dégoûtée de lui! Comme j'étais
heureux!

La vieille bonne reprit: - Monsieur a eu un chagrin à mourir, et il est retourné à Paris en me laissant avec
mon mari pour vendre la maison. On en demande vingt mille francs.

Mais je n'écoutais plus! Je pensais à elle! Et, tout à coup, il me sembla que je n'avais qu'à repartir pour la
trouver, qu'elle avait dû revenir dans le pays, ce printemps, pour voir la maison, sa gentille maison,

qu'elle aurait tant aimée, sans lui.

Je jetai dix francs dans les mains de la vieille femme; je saisis la photographie, et je m'enfuis en courant
et baisant éperdument le doux visage entré dans le carton.

Je regagnai la route et me remis à marcher, en la regardant, elle! Quelle joie qu'elle fût libre, qu'elle se fût
sauvée! Certes, j'allais la rencontrer aujourd'hui ou demain, cette semaine ou la suivante, puisqu'elle

l'avait quitté! Elle l'avait quitté parce que mon heure était venue!

Elle était libre, quelque part dans le monde! Je n'avais plus qu'à la trouver puisque je la connaissais.

Et je caressais toujours les têtes ployantes des blés mûrs, je buvais l'air marin qui me gonflait la poitrine,
je sentais le soleil me baiser le visage. J'allais, j'allais éperdu de bonheur, enivré d'espoir. J'allais, sûr de

la rencontrer bientôt et de la ramener pour habiter à notre tour dans la jolie maison. A vendre.

Comme elle s'y plairait, cette fois!

L'INCONNUE

On parlait de bonnes fortunes et chacun en racontait d'étranges: rencontres surprenantes et délicieuses, en
wagon, dans un hôtel, à l'étranger, sur une plage. Les plages, au dire de Roger des Annettes, étaient

singulièrement favorables à l'amour.

Gontran, qui se taisait, fut consulté.

- C'est encore Paris qui vaut le mieux, dit-il. Il en est de la femme comme du bibelot, nous l'apprécions
davantage dans les endroits où nous ne nous attendons point à en rencontrer; mais on n'en rencontre

vraiment de rares qu'à Paris:

Il se tut quelques secondes, puis reprit:

< page précédente | 37 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.