bibliotheq.net - littérature française
 

Guy de Maupassant - Monsieur Parent et autres histoires courtes

- Je t'en dé que la moitié pisque j'ai point passé mi-chemin.

- Tu dois tout pisque t'as r'tenu jusqu'au bout.

Et une dispute commença qui devint bientôt une querelle furieuse: Belhomme jurait qu'il ne donnerait
que vingt sous, Césaire Horlaville affirmait qu'il en recevrait quarante.

Et ils criaient, nez contre nez, les yeux dans les yeux.

Caniveau redescendit.

- D'abord, tu dés quarante sous au curé, t'entends, et pi une tournée à tout le monde, ça fait
chiquante-chinq, et pi t'en donneras vingt à Césaire. Ça va-t-il, dégourdi?

Le cocher, enchanté de voir Belhomme débourser trois francs soixante et quinze, répondit: - Ça va!

- Allons, paye.

- J'payerai point. L'curé n'est pas médecin d'abord.

- Si tu n'payes point, j'te r'mets dans la voiture à Césaire et j't'emporte au Havre.

Et le colosse, ayant saisi Belhomme par les reins, l'enleva comme un enfant.

L'autre vit bien qu'il faudrait céder. Il tira sa bourse, et paya.

Puis la voiture se remit en marche vers le Havre, tandis que Belhomme retournait à Criquetot, et tous les
voyageurs, muets à présent, regardaient sur la route blanche la blouse bleue du paysan, balancée sur ses

longues jambes.

A VENDRE

Partir à pied, quand le soleil se lève, et marcher dans la rosée, le long des champs, au bord de la mer
calme, quelle ivresse!

Quelle ivresse! Elle entre en vous par les yeux avec la lumière, par la narine avec l'air léger, par la peau
avec les souffles du vent.

Pourquoi gardons-nous le souvenir si clair, si cher, si aigu de certaines minutes d'amour avec la Terre, le
souvenir d'une sensation délicieuse et rapide, comme de la caresse d'un paysage rencontré au détour

d'une route, à l'entrée d'un vallon, au bord d'une rivière, ainsi qu'on rencontrerait une belle fille

complaisante. Je me souviens d'un jour, entre autres. J'allais, le long de l'Océan breton, vers la pointe du

Finistère. J'allais, sans penser à rien, d'un pas rapide, le long des flots. C'était dans les environs de

Quimperlé, dans cette partie la plus douce et la plus belle de la Bretagne.

Un mutin de printemps, un de ces matins qui vous rajeunissent de vingt ans, vous refont des espérances
et vous redonnent des rêves d'adolescents.

J'allais, par un chemin à peine marqué, entre les blés et les vagues. Les blés ne remuaient point du tout, et
les vagues remuaient à peine. On sentait bien l'odeur douce des champs mûrs et l'odeur marine du varech.

J'allais sans penser à rien, devant moi, continuant mon voyage commencé depuis quinze jours, un tour de

Bretagne par les côtes. Je me sentais fort, agile, heureux et gai. J'allais.

< page précédente | 33 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.