bibliotheq.net - littérature française
 

Guy de Maupassant - Monsieur Parent et autres histoires courtes

- Voilà... voilà... Répondez donc... Elle ne sait pas... Je parie qu'elle ne sait pas... Non... elle ne sait pas...
parbleu!... elle couchait avec tous les deux!... Ah! ah! ah!... personne ne sait... personne... Est-ce qu'on

sait ces choses-là?... Tu ne le sauras pas non plus, mon garçon, tu ne le sauras pas, pas plus que moi...

jamais... Tiens... demande-lui... demande-lui... tu verras qu'elle ne sait pas... Moi non plus... lui non

plus... toi non plus... personne ne sait... Tu peux choisir... oui... tu peux choisir... lui ou moi... Choisis...

Bonsoir... c'est fini... Si elle se décide à te le dire, tu viendras me l'apprendre, hôtel des Continents,

n'est-ce pas?... Ça me fera plaisir de le savoir... Bonsoir... Je vous souhaite beaucoup d'agrément...

Et il s'en alla en gesticulant, continuant à parler seul, sous les grands arbres, dans l'air vide et frais, plein
d'odeurs de sèves. Il ne se retourna point pour les voir. Il allait devant lui, marchant sous une poussée de

fureur, sous un souffle d'exaltation, l'esprit emporté par son idée fixe.

Tout à coup, il se trouva devant la gare. Un train partait. Il monta dedans. Durant la route, sa colère
s'apaisa, il reprit ses sens et il rentra dans Paris, stupéfait de son audace.

Il se sentait brisé comme si on lui eût rompu les os. Il alla cependant prendre un bock à sa brasserie.

En le voyant entrer, Mlle Zoé, surprise, lui demanda: - Déjà revenu? Est-ce que vous êtes fatigué?

Il répondit: - Oui... oui... très fatigué... très fatigué.... Vous comprenez... quand on n'a pas l'habitude de
sortir! C'est fini, je n'y retournerai point, à la campagne. J'aurais mieux fait de rester ici. Désormais, je ne

bougerai plus.

Et elle ne put lui faire raconter sa promenade, malgré l'envie qu'elle en avait.

Pour la première fois de sa vie il se grisa tout à fait, ce soir-là, et on dut le rapporter chez lui.

LA BÊTE À MAÎT' BELHOMME

La diligence du Havre allait quitter Criquetot; et tous les voyageurs attendaient l'appel de leur nom dans
la cour de l'hôtel du Commerce tenu par Malandain fils.

C'était une voiture jaune, montée sur des roues jaunes aussi autrefois, mais rendues presque grises par
l'accumulation des boues. Celles de devant étaient toutes petites; celles de derrière, hautes et frêles,

portaient le coffre difforme et enflé comme un ventre de bête. Trois rosses blanches, dont on remarquait,

au premier coup d'oeil, les têtes énormes et les gros genoux ronds, attelées en arbalète, devaient traîner

cette carriole qui avait du monstre dans sa structure et son allure. Les chevaux semblaient endormis déjà

devant l'étrange véhicule.

Le cocher Césaire Horlaville, un petit homme a gros ventre, souple cependant, par suite de l'habitude
constante de grimper sur ses roues et d'escalader l'impériale, la face rougie par le grand air des champs,

les pluies, les bourrasques et les petits verres, les yeux devenus clignotants sous les coups de vent et de

grêle, apparut sur la porte de l'hôtel en s'essuyant la bouche d'un revers de main. De larges paniers ronds,

pleins de volailles effarées, attendaient devant les paysannes immobiles. Césaire Horlaville les prit l'un

après l'autre et les posa sur le toit de sa voiture; puis il y plaça plus doucement ceux qui contenaient des

oeufs; il y jeta ensuite, d'en bas, quelques petits sacs de grain, de menus paquets enveloppés de

mouchoirs, de bouts de toile ou de papiers. Puis il ouvrit la porte de derrière et, tirant une liste de sa

poche, il lut en appelant:

- Monsieur le curé de Gorgeville.

< page précédente | 27 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.