bibliotheq.net - littérature française
 

Guy de Maupassant - La Main Gauche

- Comment rapport au droit?

- Rapport au drait d'l'homme et pi au drait d'la femme.

- Mais, oui.

- Eh! ben, dites-mé, maît'Cacheux, ma femme a-t-i l'drait de coucher avé Polyte?

- Comment, de coucher avec Polyte?

- Oui, c'est-i son drait, vu la loi, et pi vu qu'alle est ma femme, de coucher avec Polyte?

- Mais non, mais non, c'est pas son droit.

- Si je l'y r'prends, j'ai-t-i l'drait de li fout' des coups, mé, à elle et pi à li itou?

- Mais... mais... mais oui.

- C'est ben, pour lors. J'vas vous dire. Eune nuit, vu qu'j'avais d'z'idées, j'rentrai, l'aute semaine, et j'les y
trouvai, qu'i n'étaient point dos à dos. J'foutis Polyte coucher dehors; mais c'est tout, vu que je savais

point mon drait. C'te fois-ci, j'les vis point. Je l'sais par l's autres. C'est fini, n'en parlons pu. Mais si j'les

r'pince... nom d'un nom, si j'les r'pince. Je leur ferai passer l'goût d'la rigolade, maît'Cacheux, aussi vrai

que je m'nomme Severin...

UN SOIR

Le Kléber avait stoppé, et je regardais de mes yeux ravis l'admirable golfe de Bougie qui
s'ouvrait devant nous. Les forêts kabyles couvraient les hautes montagnes; les sables jaunes, au loin,

faisaient, à la mer une rive de poudre d'or, et le soleil tombait en torrents de feu sur les maisons blanches

de la petite ville.

La brise chaude, la brise d'Afrique, apportait à mon coeur joyeux, l'odeur du désert, l'odeur du grand
continent mystérieux où l'homme du Nord ne pénètre guère. Depuis trois mois, j'errai sur le bord de ce

monde profond et inconnu, sur le rivage de cette terre fantastique de l'autruche, du chameau, de la

gazelle, de l'hippopotame, du gorille, de l'éléphant et du nègre. J'avais vu l'arabe galoper dans le vent,

comme un drapeau qui flotte et vole et passe, j'avais couché sous la tente brune, dans la demeure

vagabonde de ces oiseaux blancs du désert. J'étais ivre de lumière, de fantaisie et d'espace.

Maintenant, après cette dernière excursion, il faudrait partir, retourner en France, revoir Paris, la ville du
bavardage inutile, des soucis médiocres et des poignées de mains sans nombre. Je dirais adieu aux choses

aimées, si nouvelles, à peine entrevues, tant regrettées.

Une flotte de barques entourait le paquebot. Je sautai dans l'une d'elles où ramait un négrillon, et je fus
bientôt sur le quai, près de la vieille porte sarrazine, dont la ruine grise, à l'entrée de la cité kabyle,

semble un écusson de noblesse antique.

Comme je demeurais debout sur le port, à côté de ma valise, regardant sur la rade le gros navire à l'ancre,
et stupéfait d'admiration devant cette côte unique, devant ce cirque de montagnes baignées par les flots

bleus, plus beau que celui de Naples, aussi beau que ceux d'Ajaccio et de Porto, en Corse, une lourde

main me tomba sur l'épaule.

Je me retournai et je vis un grand homme à barbe longue, coiffé d'un chapeau de paille, vêtu de flanelle

< page précédente | 42 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.