bibliotheq.net - littérature française
 

Guy de Maupassant - La Main Gauche

châtiment, père?

Alors, moi, je me suis dit. Il faut mourir. Vivante, je n'aurais pu vous confesser un pareil crime. Morte,
j'ose tout. Je ne pouvais plus faire autrement que de mourir, rien ne m'aurait lavée, j'étais trop tachée. Je

ne pouvais plus aimer, ni être aimée; il me semblait que je salissais tout le monde, rien qu'en donnant la

main.

Tout à l'heure, je vais aller prendre mon bain et je ne reviendrai pas.

Cette lettre pour vous ira chez mon amant. Il la recevra après ma mort, et sans rien comprendre, vous la
fera tenir, accomplissant mon dernier voeu. Et vous la lirez, vous, en revenant du cimetière.

Adieu, père, je n'ai plus rien à vous dire. Faites ce que vous voudrez, et pardonnez-moi.»

Le colonel s'essuya le front couvert de sueur. Son sang-froid, le sang-froid des jours de bataille lui était
revenu tout à coup.

Il sonna.

Un domestique parut.

- Envoyez-moi Philippe, dit-il.

Puis, il entr'ouvrit le tiroir de sa table.

L'homme entra presque aussitôt, un grand soldat à moustaches rousses, l'air malin, l'oeil sournois.

Le colonel le regarda tout droit.

- Tu vas me dire le nom de l'amant de ma femme.

- Mais, mon colonel...

L'officier prit son revolver dans le tiroir entr'ouvert.

- Allons, et vite, tu sais que je ne plaisante pas.

- Eh bien!... mon colonel..., c'est le capitaine Saint-Albert.

A peine avait-il prononcé ce nom, qu'une flamme lui brûla les yeux, et il s'abattit sur la face, une balle au
milieu du front.

LE LAPIN

Maître Lecacheur apparut sur la porte de sa maison, à l'heure ordinaire, entre cinq heures et cinq heures
un quart du matin, pour surveiller ses gens qui se mettaient au travail.

Rouge, mal éveillé, l'oeil droit ouvert, l'oeil gauche presque fermé, il boutonnait avec peine ses bretelles
sur son gros ventre, tout en surveillant, d'un regard entendu et circulaire, tous les coins connus de sa

ferme. Le soleil coulait ses rayons obliques à travers les hêtres du fossé et les pommiers ronds de la cour,

faisait chanter les coqs sur le fumier et roucouler les pigeons sur le toit. La senteur de l'étable s'envolait

par la porte ouverte et se mêlait, dans l'air frais du matin, à l'odeur âcre de l'écurie où hennissaient les

chevaux, la tête tournée vers la lumière.

< page précédente | 35 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.