bibliotheq.net - littérature française
 

Guy de Maupassant - Les Contes de la Bécasse

Rivet déclara: «J'ai été moins heureux avec l'oncle.»

Et je lui pris le bras pour rentrer.

III

Le dîner acheva de me faire perdre la tête. J'étais à côté d'elle et ma main sans cesse rencontrait sa main
sous la nappe; mon pied pressait son pied; nos regards se joignaient, se mêlaient.

On fit ensuite un tour au clair de lune et je lui murmurai dans l'âme toutes les tendresses qui me
montaient du coeur. Je la tenais serrée contre moi, l'embrassant à tout moment, mouillant mes lèvres aux

siennes. Devant nous, l'oncle et Rivet discutaient. Leurs ombres les suivaient gravement sur le sable des

chemins.

On rentra. Et bientôt l'employé du télégraphe apporta une dépêche de la tante annonçant qu'elle ne
reviendrait que le lendemain matin, à sept heures, par le premier train.

L'oncle, dit: «Eh bien, Henriette, va montrer leurs chambres à ces messieurs.» On serra la main du
bonhomme et on monta. Elle nous conduisit d'abord dans l'appartement de Rivet, et il me souffla dans

l'oreille: «Pas de danger qu'elle nous ait menés chez toi d'abord.» Puis elle me guida vers mon lit. Dès

qu'elle fut seule avec moi, je la saisis de nouveau dans mes bras, tâchant d'affoler sa raison et de culbuter

sa résistance. Mais, quand elle se sentit tout près de défaillir, elle s'enfuit.

Je me glissais entre mes draps, très contrarié, très agité, et très penaud, sachant bien que je ne dormirais
guère, cherchant quelle maladresse j'avais pu commettre, quand on heurta doucement ma porte.

Je demandai: «Qui est là?»

Une voix légère répondit: «Moi.»

Je me vêtis à la hâte; j'ouvris; elle entra. «J'ai oublié, dit-elle, de vous demander ce que vous prenez le
matin: du chocolat, du thé, ou du café?»

Je l'avais enlacée impétueusement, la dévorant de caresses, bégayant: «Je prends... je prends... je
prends...» Mais elle me glissa entre les bras, souffla ma lumière, et disparut.

Je restai seul, furieux, dans l'obscurité, cherchant des allumettes, n'en trouvant pas. J'en découvris enfin et
je sortis dans le corridor, à moitié fou, mon bougeoir à la main.

Qu'allais-je faire? Je ne raisonnais plus; je voulais la trouver; je la voulais. Et je fis quelques pas sans
réfléchir à rien. Puis, je pensai brusquement: «Mais si j'entre chez l'oncle? que dirais-je?... Et je demeurai

immobile, le cerveau vide, le coeur battant. Au bout de plusieurs secondes, la réponse me vint: «Parbleu

je dirai que je cherchais la chambre de Rivet pour lui parler d'une chose urgente.»

Et je me mis à inspecter les portes m'efforçant de découvrir la sienne, à elle. Mais rien ne pouvait me
guider. Au hasard je pris une clef que je tournai. J'ouvris, j'entrai... Henriette assise dans son lit, effarée,

me regardait.

Alors je poussai doucement le verrou; et, m'approchant sur la pointe des pieds, je lui dis: «J'ai oublié,
mademoiselle, de vous demander quelque chose à lire.» Elle se débattait; mais j'ouvris bientôt le livre

que je cherchais. Je n'en dirai pas le titre. C'était vraiment le plus merveilleux des romans, et le plus divin

des poèmes.

< page précédente | 8 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.