bibliotheq.net - littérature française
 

Guy de Maupassant - Les Contes de la Bécasse

longue et silencieuse, une lutte corps à corps, à la façon des athlètes, avec les bras tendus, crispés, tordus,
la respiration essoufflée, la peau mouillée de sueur. Oh! elle se débattit vaillamment; et parfois nous

heurtions un meuble, une cloison, une chaise; alors, toujours enlacés, nous restions immobiles plusieurs

secondes dans la crainte que le bruit n'eût éveillé quelqu'un; puis nous recommencions notre acharnée

bataille, moi l'attaquant, elle résistant.

Épuisée enfin, elle tomba; et je la pris brutalement, par terre, sur le pavé.

Sitôt relevée, elle courut à la porte, tira les verrous et s'enfuit.

Je la rencontrai à peine les jours suivants. Elle ne me laissait point l'approcher. Puis, comme mon
camarade était guéri et que nous devions reprendre notre voyage, je la vis entrer, la veille de mon départ,

à minuit, nu-pieds, en chemise, dans ma chambre où je venais de me retirer.

Elle se jeta dans mes bras, m'étreignit passionnément, puis, jusqu'au jour, m'embrassa, me caressa,
pleurant, sanglotant, me donnant enfin toutes les assurances de tendresse et de désespoir qu'une femme

nous peut donner quand elle ne sait pas un mot de notre langue.

Huit jours après, j'avais oublié cette aventure, commune et fréquente quand on voyage, les servantes
d'auberge étant généralement destinées à distraire ainsi les voyageurs.

Et je fus trente ans sans y songer et sans revenir à Pont-Labbé.

Or, en 1876, j'y retournai par hasard au cours d'une excursion en Bretagne, entreprise pour documenter
un livre et pour me bien pénétrer des paysages.

Rien ne me sembla changé. Le château mouillait toujours ses murs grisâtres dans l'étang, à l'entrée de la
petite ville; et l'auberge était la même quoique réparée, remise à neuf, avec un air plus moderne. En

entrant, je fus reçu par deux jeunes Bretonnes de dix-huit ans, fraîches et gentilles, encuirassées dans leur

étroit gilet de drap, casquées d'argent avec les grandes plaques brodées sur les oreilles.

Il était environ six heures du soir. Je me mis à table pour dîner et, comme le patron s'empressait
lui-même à me servir, la fatalité sans doute me fit dire: «Avez-vous connu les anciens maîtres de cette

maison? J'ai passé ici une dizaine de jours il y a trente ans maintenant. Je vous parle de loin.»

Il répondit: «C'étaient mes parents, monsieur.»

Alors je lui racontai en quelle occasion je m'étais arrêté, comment j'avais été retenu par l'indisposition
d'un camarade. Il ne me laissa pas achever.

« - Oh! je me rappelle parfaitement J'avais alors quinze ou seize ans. Vous couchiez dans la chambre du
fond et votre ami dans celle dont j'ai fait la mienne, sur la rue.»

C'est alors seulement que le souvenir très vif de la petite bonne me revint. Je demandai: « - Vous
rappelez-vous une gentille petite servante qu'avait alors votre père, et qui possédait, si ma mémoire ne me

trompe, de jolis yeux bleus et des dents fraîches?»

Il reprit: « - Oui, monsieur; elle est morte en couches quelque temps après.»

Et, tendant la main vers la cour où un homme maigre et boiteux remuait du fumier, il ajouta: « - Voilà
son fils.»

< page précédente | 57 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.