bibliotheq.net - littérature française
 

Guy de Maupassant - Les Contes de la Bécasse

* * * * *

Les Vallin vivotaient à leur aise, grâce à la pension. La fureur inapaisable des Tuvache, restés misérables,
venait de là.

Leur fils aîné partit au service. Le second mourut; Charlot resta seul à peiner avec le vieux père pour
nourrir la mère et deux autres soeurs cadettes qu'il avait.

Il prenait vingt et un ans, quand, un matin, une brillante voiture s'arrêta devant les deux chaumières. Un
jeune monsieur, avec une chaîne de montre en or, descendit, donnant la main à une vieille dame en

cheveux blancs. La vieille dame lui dit:

- C'est là, mon enfant, à la seconde maison.

Et il entra comme chez lui dans la masure des Vallin.

La vieille mère lavait ses tabliers; le père infirme sommeillait près de l'âtre. Tous deux levèrent la tête, et
le jeune homme dit:

- Bonjour, papa; bonjour, maman.

Ils se dressèrent, effarés. La paysanne laissa tomber d'émoi son savon dans son eau et balbutia:

- C'est-i té, m'n éfant? C'est-i té, m'n éfant?

Il la prit dans ses bras et l'embrassa, en répétant: - «Bonjour, maman.» Tandis que le vieux, tout
tremblant, disait, de son ton calme qu'il ne perdait jamais: - «Te v'là-t-il revenu, Jean?» Comme s'il l'avait

vu un mois auparavant.

Et, quand ils se furent reconnus, les parents voulurent tout de suite sortir le fieu dans le pays pour le
montrer. On le conduisit chez le maire, chez l'adjoint, chez le curé, chez l'instituteur.

Charlot, debout sur le seuil de sa chaumière, le regardait passer.

Le soir, au souper, il dit aux vieux:

- Faut-il qu' vous ayez été sots pour laisser prendre le p'tit aux Vallin.

Sa mère répondit obstinément:

- J'voulions point vendre not' éfant.

Le père ne disait rien. Le fils reprit:

- C'est-il pas malheureux d'être sacrifié comme ça.

Alors le père Tuvache articula d'un ton coléreux:

- Vas-tu pas nous r'procher d' t'avoir gardé.

Et le jeune homme, brutalement:

- Oui, j'vous le r'proche, que vous n'êtes que des niants. Des parents comme vous ça fait l'malheur des
éfants. Qu' vous mériteriez que j'vous quitte.

< page précédente | 50 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.