bibliotheq.net - littérature française
 

Guy de Maupassant - Les Contes de la Bécasse

- Qué qu't'en dis, l'homme?

Il prononça d'un ton sentencieux:

- J'dis qu'c'est point méprisable.

Alors Mme d'Hubières, qui tremblait d'angoisse, leur parla de l'avenir du petit, de son bonheur, et de tout
l'argent qu'il pourrait leur donner plus tard.

Le paysan demanda:

- C'te rente de douze cents francs, ce s'ra promis d'vant l'notaire?

M. d'Hubières répondit:

- Mais certainement, dès demain.

La fermière, qui méditait, reprit:

- Cent francs par mois, c'est point suffisant pour nous priver du p'tit; ça travaillera dans quéqu'z'ans
ct'éfant; i nous faut cent vingt francs.

Mme d'Hubières, trépignant d'impatience, les accorda tout de suite; et, comme elle voulait enlever
l'enfant, elle donna cent francs en cadeau pendant que son mari faisait un écrit. Le maire et un voisin,

appelés aussitôt, servirent de témoins complaisants.

Et la jeune femme, radieuse, emporta le marmot hurlant, comme on emporte un bibelot désiré d'un
magasin.

Les Tuvache, sur leur porte, le regardaient partir, muets, sévères, regrettant peut-être leur refus.

* * * * *

On n'entendit plus du tout parler du petit Jean Vallin. Les parents, chaque mois, allaient toucher leurs
cent vingt francs chez le notaire; et ils étaient fâchés avec leurs voisins parce que la mère Tuvache les

agonisait d'ignominies, répétant sans cesse de porte en porte qu'il fallait être dénaturé pour vendre son

enfant, que c'était une horreur, une saleté, une corromperie.

Et parfois elle prenait en ses bras son Charlot avec ostentation, lui criant, comme s'il eût compris:

- J'tai pas vendu, mé, j't'ai pas vendu, mon p'tiot. J'vends pas m's éfants, mé. J'sieus pas riche, mais vends
pas m's éfants.

Et, pendant des années et encore des années, ce fut ainsi chaque jour; chaque jour des allusions grossières
étaient vociférées devant la porte, de façon à entrer dans la maison voisine. La mère Tuvache avait fini

par se croire supérieure à toute la contrée parce qu'elle n'avait pas vendu Charlot. Et ceux qui parlaient

d'elle disaient:

- J'sais ben que c'était engageant, c'est égal, elle s'a conduite comme une bonne mère.

On la citait; et Charlot, qui prenait dix-huit ans, élevé avec cette idée qu'on lui répétait sans répit, se
jugeait lui-même supérieur à ses camarades parce qu'on ne l'avait pas vendu.

< page précédente | 49 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.