bibliotheq.net - littérature française
 

Guy de Maupassant - Les Contes de la Bécasse

côte, conduisaient le deuil. Le sacristain de la paroisse tenait le cadavre sous son aisselle.

Javel cadet cessa de naviguer. Il obtint un petit emploi dans le port, et, quand il parlait plus tard de son
accident, il confiait tout bas à son auditeur: «Si le frère avait voulu couper le chalut, j'aurais encore mon

bras, pour sûr. Mais il était regardant à son bien.»

UN NORMAND

A Paul Alexis.

Nous venions de sortir de Rouen et nous suivions au grand trot la route de Jumièges. La légère voiture
filait, traversant les prairies; puis le cheval se mit au pas pour monter la côte de Canteleu.

C'est là un des horizons les plus magnifiques qui soient au monde. Derrière nous Rouen, la ville aux
églises, aux clochers gothiques, travaillés comme des bibelots d'ivoire; en face, Saint-Sever, le faubourg

aux manufactures qui dresse ses mille cheminées fumantes sur le grand ciel vis-à-vis des mille

clochetons sacrés de la vieille cité.

Ici la flèche de la cathédrale, le plus haut sommet des monuments humains; et là-bas, la «Pompe à feu»
de la «Foudre», sa rivale presque aussi démesurée, et qui passe d'un mètre la plus géante des pyramides

d'Égypte.

Devant nous la Seine se déroulait, ondulante, semée d'îles, bordée à droite de blanches falaises que
couronnait une forêt, à gauche de prairies immenses qu'une autre forêt limitait, là-bas, tout là-bas.

De place en place, des grands navires à l'ancre le long des berges du large fleuve. Trois énormes vapeurs
s'en allaient, à la queue leu-leu, vers le Havre; et un chapelet de bâtiments, formé d'un trois-mâts, de deux

goélettes et d'un brick, remontait vers Rouen, traîné par un petit remorqueur vomissant un nuage de

fumée noire.

Mon compagnon, né dans le pays, ne regardait même point ce surprenant paysage; mais il souriait sans
cesse; il semblait rire en lui-même. Tout à coup, il éclata: «Ah! vous allez voir quelque chose de drôle: la

chapelle au père Mathieu. Ça, c'est du nanan, mon bon.»

Je le regardai d'un oeil étonné. Il reprit:

- Je vais vous faire sentir un fumet de Normandie qui vous restera dans le nez. Le père Mathieu est le
plus beau Normand de la province, et sa chapelle une des merveilles du monde, ni plus ni moins; mais je

vais vous donner d'abord quelques mots d'explication.

Le père Mathieu, qu'on appelle aussi le père «La Boisson», est un ancien sergent-major revenu dans son
village natal. Il unit en des proportions admirables pour faire un ensemble parfait la blague du vieux

soldat à la malice finaude du Normand. De retour au pays, il est devenu, grâce à des protections multiples

et à des habiletés invraisemblables, gardien d'une chapelle miraculeuse, une chapelle protégée par la

Vierge et fréquentée principalement par les filles enceintes. Il a baptisé sa statue merveilleuse:

«Notre-Dame du Gros-Ventre», et il la traite avec une certaine familiarité goguenarde qui n'exclut point

le respect. Il a composé lui-même et fait imprimer une pièce spéciale pour sa BONNE VIERGE. Cette

prière est un chef-d'oeuvre d'ironie involontaire, d'esprit normand où la raillerie se mêle à la peur du

SAINT, à la peur superstitieuse de l'influence secrète de quelque chose. Il ne croit pas beaucoup à sa

patronne; cependant il y croit un peu, par prudence, et il la ménage, par politique.

< page précédente | 39 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.