bibliotheq.net - littérature française
 

Guy de Maupassant - Les Contes de la Bécasse

LA REMPAILLEUSE

A Léon Hennique.

C'était à la fin du dîner d'ouverture de chasse chez le marquis de Bertrans. Onze chasseurs, huit jeunes
femmes et le médecin du pays étaient assis autour de la grande table illuminée, couverte de fruits et de

fleurs.

On vint à parler d'amour, et une grande discussion s'éleva, l'éternelle discussion, pour savoir si on pouvait
aimer vraiment une fois ou plusieurs fois. On cita des exemples de gens n'ayant jamais eu qu'un amour

sérieux; on cita aussi d'autres exemples de gens ayant aimé souvent, avec violence. Les hommes, en

général, prétendaient que la passion, comme les maladies, peut frapper plusieurs fois le même être, et le

frapper à le tuer si quelque obstacle se dresse devant lui. Bien que cette manière de voir ne fût pas

contestable, les femmes, dont l'opinion s'appuyait sur la poésie bien plus que sur l'observation,

affirmaient que l'amour, l'amour vrai, le grand amour, ne pouvait tomber qu'une fois sur un mortel, qu'il

était semblable à la foudre, cet amour, et qu'un coeur touché par lui demeurait ensuite tellement vidé,

ravagé, incendié, qu'aucun autre sentiment puissant, même aucun rêve, n'y pouvait germer de nouveau.

Le marquis ayant aimé beaucoup, combattait vivement cette croyance:

- Je vous dis, moi, qu'on peut aimer plusieurs fois avec toutes ses forces et toute son âme. Vous me citez
des gens qui se sont tués par amour, comme preuve de l'impossibilité d'une seconde passion. Je vous

répondrai que, s'ils n'avaient pas commis cette bêtise de se suicider, ce qui leur enlevait toute chance de

rechute, ils se seraient guéris; et ils auraient recommencé, et toujours, jusqu'à leur mort naturelle. Il en est

des amoureux comme des ivrognes. Qui a bu boira - qui a aimé aimera. C'est une affaire de tempérament,

cela.

On prit pour arbitre le docteur, vieux médecin parisien retiré aux champs, et on le pria de donner son
avis.

Justement il n'en avait pas:

- Comme l'a dit le marquis, c'est une affaire de tempérament; quant à moi, j'ai eu connaissance d'une
passion qui dura cinquante-cinq ans, sans un jour de répit, et qui ne se termina que par la mort.

La marquise battit des mains.

- Est-ce beau cela! Et quel rêve d'être aimé ainsi! Quel bonheur de vivre cinquante-cinq ans tout
enveloppé de cette affection acharnée et pénétrante! Comme il a dû être heureux, et bénir la vie, celui

qu'on adora de la sorte!

Le médecin sourit:

- En effet, madame, vous ne vous trompez pas sur ce point, que l'être aimé fut un homme. Vous le
connaissez, c'est M. Chouquet, le pharmacien du bourg. Quant à elle, la femme, vous l'avez connue aussi,

c'est la vieille rempailleuse de chaises qui venait tous les ans au château. Mais je vais me faire mieux

comprendre.

L'enthousiasme des femmes était tombé; et leur visage dégoûté disait: «Pouah!» comme si l'amour n'eût
dû frapper que des êtres fins et distingués, seuls dignes de l'intérêt des gens comme il faut.

< page précédente | 31 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.