bibliotheq.net - littérature française
 

Guy de Maupassant - Les Contes de la Bécasse

Alors il vociféra: «Veux-tu bien descendre, nom de D... J'aime pas coucher tout seul, nom de D..., et si tu
n'veux point, tu vas me foutre le camp, nom de D...»

Alors, elle répondit d'en haut, éperdue, cherchant sa chandelle:

« - Me v'là, not' maître!»

Et il entendit ses petits sabots découverts battre le sapin de l'escalier; et, quand elle fut arrivée aux
dernières marches, il la prit par le bras, et dès qu'elle eut laissé devant la porte ses étroites chaussures de

bois à côté des grosses galoches du maître, il la poussa dans sa chambre en grognant:

« - Plus vite que ça, donc, nom de D...!»

Et elle répétait sans cesse, ne sachant plus ce qu'elle disait:

« - Me v'là, me v'là, not' maître.»

* * * * *

Six mois après, comme elle allait voir ses parents, un dimanche, son père l'examina curieusement, puis
demanda:

- T'es-ti point grosse?

Elle restait stupide, regardant son ventre, répétant: «Mais non, je n' crois point.»

Alors, il l'interrogea, voulant tout savoir:

- Dis-mé si vous n'avez point, quéque soir, mêlé vos sabots?

- Oui, je les ons mêlés l'premier soir et puis l'sautres.

- Mais alors t'es pleine, grande futaille.

Elle se mit à sangloter, balbutiant: «J'savais ti, mé? J'savais ti, mé?»

Le père Malandain la guettait, l'oeil éveillé, la mine satisfaite. Il demanda:

- Quéque tu ne savais point?

Elle prononça, à travers ses pleurs: «J'savais ti, mé, que ça se faisait comme ça, d's'éfants!»

Sa mère rentrait. L'homme articula, sans colère: «La v'là grosse, à c't'heure.»

Mais la femme se fâcha, révoltée d'instinct, injuriant à pleine gueule sa fille en larmes, la traitant de
«manante» et de «traînée».

Alors le vieux la fit taire. Et comme il prenait sa casquette pour aller causer de leurs affaires avec maît'
Césaire Omont, il déclara:

«All' est tout d' même encore pu sotte que j'aurais cru. All' n'savait point c'qu'all' faisait, c'te niente.

Au prône du dimanche suivant, le vieux curé publiait les bans de M. Onufre-Césaire Omont avec
Céleste-Adélaïde Malandain.

< page précédente | 30 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.