bibliotheq.net - littérature française
 

George Sand - Un hiver à Majorque

N° 2.

COS.

SA MARE, SOLAR DE MALLORCA. COS.

Sa mère, maison noble de Mallorca. Camp vermell; un os de or, portant una flor de lliri sobre lo cap, del
mateix.

Champ de gueules, ours d'or couronné d'une fleur de lis de même.

N° 3. BONAPART.

SA AVIA PATERNA, SOLAR DE MALORCA.

BONAPART.

Son aïeule paternelle, ancienne maison noble de Mallorca.

Ici manquait l'explication du blason: les différences proviennent de celui qui a peint ce nobiliaire: il n'a
pas tenu compte qu'il décalquait; d'ailleurs il a manqué d'exactitude.

N° 4. GARI.

SA AVIA MATERNA, SOLAR DE MALLORCA.

GARI.

Son aïeule maternelle, ancienne maison noble de Mallorca.

Parlit en pal, primer vermell, ad très torres de plata, en dos, y una; segon blau, ab très faxas ondeades, de
plata.

Parti de gueules et d'azur, trois tours d'argent, deux, une, et trois fasces ondées, d'argent.

TROISIÈME PARTIE.

I.

Nous partîmes pour Valldemosa, vers la mi-décembre, par une matinée sereine, et nous allâmes prendre
possession de notre chartreuse au milieu d'un de ces beaux rayons de soleil d'automne qui allaient

devenir de plus en plus rares pour nous. Après avoir traversé les plaines fertiles d'Establiments, nous

atteignîmes ces vagues terrains, tantôt boisés, tantôt secs et pierreux, tantôt humides et frais, et partout

cahotés de mouvements abrupts qui ne ressemblent à rien.

Nulle part, si ce n'est en quelques vallées des Pyrénées, la nature ne s'était montrée à moi aussi libre dans
ses allures que sur ces bruyères de Majorque, espaces assez vastes, et qui portaient dans mon esprit un

certain démenti à cette culture si parfaite à laquelle les Majorquins se vantent d'avoir soumis tout leur

territoire.

Je ne songeais pourtant pas à leur en faire un reproche; car rien n'est plus beau que ces terrains négligés
qui produisent tout ce qu'ils veulent, et qui ne se font faute de rien: arbres tortueux, penchés, échevelés;

ronces affreuses, fleurs magnifiques, tapis de mousses et de joncs, câpriers épineux, asphodèles délicates

et charmantes; et toutes choses prenant là les formes qu'il plaît à Dieu, ravin, colline, sentier pierreux

tombant tout à coup dans une carrière, chemin verdoyant s'enfonçant dans un ruisseau trompeur, prairie

< page précédente | 47 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.