bibliotheq.net - littérature française
 

George Sand - Promenades autour d'un village

disculper, ne prenant pas le reproche pour une injure, tant s'en faut. Mais, si le doute fût entré dans mon
coeur, j'en eusse été bien attristé. Je ne sais rien de plus amer que de mépriser mon semblable.

Sortons donc, allons au jour, au chemin, aux champs, au village.

Tranquille vallée, je te remercie d'avoir résumé pour moi l'antique inscription qu'on lisait encore, en
1815, sur un pilier de la porte d'Auron, à Bourges:

INGREDERE. QUISQUIS MORUM. CANDOREM AFFABILITATEM ET. SINCERAM.
RELIGIONEM. AMAS REGREDI. NESCIES.

Entrez, vous qui aimez la candeur, l'affabilité dans les moeurs et la piété sincère. Vous ne saurez plus
vous éloigner
.

Et nous, ne nous inquiétons plus de ceux qui nous crient: «Vous vous trompez, tout est mal!» Cela ne
prouve qu'une chose, c'est que, des choses humaines, ils ne voient que les mauvaises. Allons-nous-en par

les prés et par les sentes, sans parti pris d'avance, mais avec le coeur aussi ouvert que les yeux.

Nous ne sommes pas fâché de pouvoir, une fois de plus, surprendre l'homme des champs dans sa tâche et
le tableau dans son cadre, les grands boeufs dans les herbes et les petites fleurs dans le riot qui

riole
, sans être forcé de nous dire que cet homme est un scélérat, ce tableau une vision, ces boeufs
des alambics à fumier, ces fleurettes des poisons et ce ruisselet une sentine d'immondices.

D'autres peuvent prendre le réel par ce côté âpre et triste, et avoir du talent pour le peindre. Mais ce qui
me plaît et me charme dans la réalité est tout aussi réel que ce qui pourrait m'y choquer. On voit souvent

sur les fenêtres, dans les faubourgs des petites villes, de beaux oeillets fleurir dans des vases étranges. Le

vase fait rire, l'oeillet n'en est pas moins beau et parfumé. Ils sont aussi réels l'un que l'autre. J'aime

mieux l'oeillet. Chacun son goût.

VIII

8 juillet.

Nous sommes en route en plein midi. La chaleur est tombée. Il fait même très-froid en voiture
découverte, à cinq heures. L'orage d'avant-hier nous fait espérer de ne pas trouver notre Afrique

trop réelle, cette fois.

Nous sommes quatre, car nous avons entraîné à notre promenade notre jeune et chère ***, une artiste
adorable qui est aussi de la famille à présent, et qui veut avoir son nom entomologique comme les autres.

Blanche et blonde, elle a droit au nom d'Herminea, d'autant plus que cette belle

notodontide
, s'étant posée sur sa robe, a été, par sa fraîcheur, jugée digne de servir d'individu dans la
collection.

Il fallait bien que Maurice eût aussi son surnom, emprunté à ses plus récentes préoccupations. Il
s'appellera Parthénias jusqu'à nouvel ordre; car ces noms recherchés ont la facilité de changer tous les

ans, selon la recherche dominante de la saison des courses.

J'aurais bien eu le droit d'en prendre un aussi, car j'avais cueilli sur une fleur, à la dernière
excursion, la variété de la zygène du trèfle aux taches réunies, et j'avais eu une mention

honorable. Mais je pensai que la modestie me faisait un devoir de ne pas exploiter une capture toute

fortuite, et dont je n'avais pas assez senti l'importance.

< page précédente | 23 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.